À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

La main-d’œuvre dans l’Est ontarien

Il y a une solution aux problèmes de main d’œuvre : embauchez des i-m-m-i-g-r-a-n-t-s.  Il y en a beaucoup qui frappent à la porte, mais la plupart des « chanceux » qu’on laissera entrer n’iront pas dans un coin rural, loin d’une grande ville, sans qu’on les encourage. Il y a des fermiers, des menuisiers, des plombiers, des académiques, des personnes qualifiées… allez les chercher !

Les immigrants veulent travailler et installer leurs familles, leur assurer un futur certain et confortable, comme n’importe quel Canadien. Alors embauchez-les, encouragez-les à s’installer (aidez-les à trouver logements, écoles, moyens de transport, formation s’il y a lieu, cours de langue si nécessaire) et soutenez-les surtout. Que les municipalités forment des groupes de familles locales pour accueillir ces immigrants travailleurs, les accompagner, les présenter à d’autres familles locales afin de contrer la méfiance et la peur qui rôdent toujours autour des nouveaux arrivants qui ne nous ressemblent pas, qui parlent une langue différente de la nôtre, ou pratiquent une religion que nous ne comprenons pas. Si on les prend par la main et les guide vers un futur meilleur, ils viendront combler, avec grand plaisir, ce manque de main-d’œuvre de la région.

S’ils reçoivent un accueil favorable et se sentent à l’aise et contents de vivre avec nous, ils encourageront à leur tour leurs amis immigrants qualifiés vivant présentement dans les villes de l’Ontario ou du Québec à venir vivre et travailler dans notre région.

Hélène Masson, Embrun

***

Merci au CLSC de la Gappe

Depuis trois ans, j’ai eu recours au CLSC de la Gappe à plusieurs reprises. Je veux remercier les infirmières, toujours souriantes et sympathiques, pour les excellents soins prodigués.

Suzanne Lapensée, Gatineau

------------------------------------------

+

LA QUESTION DU JOUR

Pour les parents qui ont des enfants à la maison, quelles activités allez-vous privilégier pendant ce congé forcé?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.