Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

À vous la parole

À vous la parole
À vous la parole
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Claude Gingras, un rassembleur

La Fondation franco-ontarienne est profondément attristée par la nouvelle du décès de Claude Gingras, chef de file de la francophonie et philanthrope, à l’âge de 77 ans. M. Gingras a été président de la Fondation franco-ontarienne pendant 20 ans. Grâce à lui, la Fondation est devenue un carrefour rassembleur pour l’ensemble des francophones et francophiles de l’Ontario. À son départ, la Fondation a créé à son honneur un fonds intitulé Fonds jeunesse Claude B. Gingras. Le conseil d’administration, l’équipe et les membres de la Fondation franco-ontarienne offrent leurs plus sincères condoléances à la famille de M. Gingras, à ses collègues et à la communauté franco-ontarienne.

Marc Chénier, directeur général

***

Le retour de Denis Gratton

Quel bonheur de te savoir de retour, Denis Gratton. Toi aussi tu nous a manqué. Mélodie, quel beau nom pour ta petite-fille. Il résonne l’harmonie comme celle que tu cherches toujours à trouver dans tes récits, même à travers les notes discordantes comme celles des lourds méandres de la maladie. Comme tes lecteurs l’ont sûrement fait, j’ai souvent pensé à toi en me disant: «Je me demande comment il va mon Denis.» Tu sais ce «mon» n’a rien de possessif. Tout comme le prononçait ma mère en s’adressant à chacun des dix de sa trâlée, «mon» est simplement un mot du coeur, un mot d’affection. Pour reprendre le mot de Brel, non Denis, t’es pas tout seul.

Pascal Barrette, Ottawa

***

La Caisse et les 70 ans

Contrairement à Mme Suzanne Joly (Le Droit, 24 avril 2021), je ne vois aucune offense ni un manque de respect à l’égard des personnes de 70 ans et plus qui reçoivent de la Caisse Desjardins un service plus rapide et personnalisé. J’ai plusieurs fois eu recours à cet avantage et je félicite la Caisse de cette initiative. En ces temps de pandémie, toute mesure favorisant le quotidien de nos aînés est la bienvenue.

Bernard LeCoin, Gatineau

***

Partageons les vaccins

Pour la grande majorité des Canadiens, la vaccination représente l’espoir de ne pas contracter la COVID-19 et de pouvoir revenir à une vie normale. Mon mari et moi avons reçu notre vaccin cette semaine, et je peux vous dire que c’était un soulagement. Dans de nombreux pays, les gouvernements ne peuvent se permettre d’obtenir cette vaccination pour leurs citoyens. Au Canada, même si le processus de vaccination se fait lentement, il semblerait que nous avons procuré dix fois plus de vaccins que nous pourrons utiliser pour suffire à notre population. Ceci étant dit, il serait bon que le Canada s’engage dès maintenant à offrir à COVAX un dixième des doses que nous avons. Ces vaccins pourront être partagés avec les gens de la planète avant que la date d’expiration ne survienne. Je suis très fière de vivre au Canada et de penser que nous faisons notre part pour améliorer la condition de vie partout au monde. Si la COVID-19 existe quelque part sur la Terre, nous demeurons tous en danger.

Francine Cloutier-Gallo, Ottawa