À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Cadres en territoires ruraux

Je suis heureux de savoir que nos quatre territoires ruraux peuvent maintenant compter sur la présence d’un directeur-adjoint en permanence pour assurer, entre autres, une meilleure coordination des services tout en mettant en valeur l’importance de tenir compte des particularités de chaque milieu. (« Une force d’agir » pour les périphéries, Le Droit, 15 février).

Il faut admettre que depuis la mise sur pied du CISSSO, les milieux ruraux déploraient ce manque de fluidité dans les communications et l’absence d’un vrai leadership rassembleur pour maintenir le cap sur une offre de services bien connectée aux besoins grandissants de nos populations vieillissantes.

Raymond Ménard, Plaisance

Une rue oubliée

Comment la Ville de Gatineau planifie le soufflage de la neige dans le secteur de Buckingham ? Dans notre secteur (St-Luc), toutes les rues avoisinantes de la rue Bastien ont été soufflées la semaine dernière sauf celle-ci. Pourtant cette rue est l’une des plus étroite du secteur, mais ne semble pas exister pour la ville et c’est toujours pareil à chaque hiver. Dois-je rappeler que nous payons autant nos taxes que les autres. Quel est le problème ?

Robert Lalonde, Gatineau

Oui à la cabane !

Oui, nous irons à la cabane à sucre ! Après un long hiver, le plaisir de se sucrer le bec à la cabane est une agréable façon de souhaiter la bienvenue au printemps qui s’annonce.

Nicole Morin, Gatineau

Les avions, c’est risqué

Excellent éditorial que celui sur « Bombardier : la fin d’un rêve » (Le Droit, 14 février). Je voulais par ailleurs souligner la précarité du marché des avions d’affaires. Si on envisage un effort mondial vers la diminution des inégalités économiques, des oligarques réalisent, eux aussi, un par un, les enjeux d’instabilité à la fois climatique, économique et sociale. C’est une raison de plus pour se tenir la tête à deux mains, en pensant que ce créneau de l’avionnerie sera le seul que Bombardier conservera à l’avenir.

Louis Bureau, via Internet

+

La question du jour :

Que doit-on faire avec les heures d’ouverture des bars dans le Vieux-Hull ? Maintenir la fermeture à 3 h ou la ramener à 2 h ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com