À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.
Pourquoi l'État paie ?
Avec les changements climatiques, les risques d'inondation iront probablement en augmentant avec le temps. Est-ce que l'ensemble de la population du Québec devra payer pour les dommages à chaque année ? Si le risque n'est pas assurable, pourquoi le gouvernement couvre-t-il les dommages ? Les riverains devraient être responsables dans l'avenir et le gouvernement devrait ne plus rembourser pour la turpitude des riverains.
Francois Goudreau, Gatineau
Il faut interdire !
Tous les gouvernements devraient interdire la construction d'une résidence ou d'un chalet près des berges inondables ou à risque, ou encore sur une île. Ceci inclut les promoteurs immobiliers. Personne ne peut prédire que d'ici 5 ans il n'y aura pas une autre crue de ce genre. Et pourquoi l'Ontario n'a-t-il pas eu besoin de l'armée, sauf seulement pour apporter des sacs de sables ? Les lois ontariennes sur les zones inondables sont-elles plus restrictives que celles du Québec ?
Line Branchaud, Embrun
Inévitables inondations
Des critiques sévères fusent de temps en temps, des mots durs envers les autorités municipales, l'armée et les différents gouvernements.
Je suis certain qu'il y a dans ces propos une grande part de fatigue. Mais si on investit dans une propriété en zone inondable, c'est en toute connaissance de cause et conscient que l'on sera inondé !
C'est un risque énorme, nous en avons la preuve comme en 1974 et peut-être encore dans 5 ou 10 ans... ou le printemps prochain !
Il y a des choses à repenser dans nos villes, nous n'avons pas le contrôle sur tous les éléments qui nous entourent.
Denis Girard, Gatineau
Il était temps !
La députée-ministre de Gatineau Stéphanie Vallée larguée par d'influents libéraux (Le Droit, 12 mai) : il est temps que le monde, comme Jean-Guy Hubert, se réveille !
M. Lamoureux, Gatineau
***
La question du jour
Que signifiait l'érection d'un drapeau pro-vie à l'hôtel de ville d'Ottawa, jeudi dernier?
Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com