À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.
La mémoire du pont
Le ministère des Transports du Québec a finalement ouvert en entier le pont des Draveurs à la circulation. Quel soulagement pour les usagers ! Il reste cependant un petit détail à régler. Qu'a-t-on fait de la plaque commémorative en bronze qui était située à l'entrée du pont (côté Gatineau) et posée lors de son inauguration il y a plus de 40 ans, le 12 décembre 1975, en présence d'Oswald Parent, de Mark Assad et plusieurs autres ? Souhaitons que cette plaque retrouve sa place d'ici le printemps, car les artefacts historiques ne sont pas monnaie courante dans notre belle région. Elle était peu visible, mais elle rappelle aux automobilistes l'effort de gens de chez nous pour sa réalisation et pour les 14 millions $ (de 1975) consacrés à sa construction originale.
Daniel Duclos, Gatineau
Un bluff
Trop de conseillers municipaux de Gatineau croient le maire Maxime Pedneaud-Jobin dans sa capacité d'obtenir un projet de loi privé à l'Assemblée nationale pour conclure une entente de gré à gré avec Vision Multisport Outaouais de Gatineau pour la construction d'arénas, notamment pour le remplacement de Robert-Guertin. Foutaise ! Démagogie ! Le silence des députés provinciaux Gaudreau et Carrière confirme le ridicule de ce bluff du maire.
Un conseil au conseil : vite, faites un arrangement avec les Sénateurs d'Ottawa pour la construction d'au moins deux complexes, dans l'est et l'ouest de la Ville.
Bertrand Fortin, Gatineau
Quelle différence?
Je ne comprends pas la comparaison entre le projet Brigil le projet de l'hôtel Four Points. Ce que je vois, c'est que le Four Points a adapté son projet aux règlements de la Ville de Gatineau après une négociation de bonne foi, alors que Brigil tente d'imposer de nouveaux règlements à Gatineau en négociant via les médias et en faisant pression sur les politiciens. Mais mon interprétation est soumise à caution parce que les journalistes semblent incapables de faire la distinction entre un processus administratif normal et du lobbying.        
Ronald Palardy, Gatineau
***
La question du jour
Quel impact croyez-vous qu'un libre-penseur comme Bernard «Rambo» Gauthier peut-il avoir sur la politique québécoise?
Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com