À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.
Une simple ligne à la déclaration de revenus
La faillite du libre choix aux contribuables pour acquitter leurs taxes scolaires n'est plus à démontrer. Revenons à la base: les commissions scolaires devraient être financées selon le nombre d'étudiants qu'ils desservent. Pour cela, il faudrait que la perception des taxes scolaires soit centralisée, puis que le ministère de l'Éducation effectue une distribution aux commissions scolaires. Pas besoin d'une nouvelle bureaucratie pour centraliser la perception des taxes scolaires. Ajoutons simplement une ligne à la déclaration de revenus. Si le gouvernement Couillard se refuse de considérer cette simple solution, c'est qu'il fait face au dilemme suivant: servir les intérêts au PLQ, ou servir les intérêts des gens de l'Outaouais. En effet, intégrer la taxe scolaire au rapport d'impôt pourrait être perçu par une majorité des Québécois comme une augmentation des impôts. En tout cas, on peut être sûr que c'est ainsi que la CAQ va le présenter. Manifestement, le chef du PLQ a eu gain de cause sur le premier ministre du Québec.
Gaston Carmichael, Gatineau
Assez, c'est assez !
Chaque jour, je suis à la fois piéton, cycliste et automobiliste. Et chaque jour, je vois des imprudences et des infractions commises par des piétons, des cyclistes et des automobilistes. Nous sommes tous des utilisateurs de la voie publique et nous sommes tous responsables de nos actions. Arrêtons de pointer du doigt ce que les autres font de mal, ça n'aboutit à rien. Concentrons-nous sur ce que nous pouvons faire pour corriger notre comportement envers les autres utilisateurs de la route. C'est une question de respect et de partage. Le principe de l'utilisateur qui se trouve en position de force qui fait attention à l'utilisateur plus vulnérable fonctionne très bien dans certains pays d'Europe. Adoptons-le à Gatineau. Notre société s'en trouvera beaucoup mieux.
Bernard Hurteau, Gatineau
***
La question du jour
La météo maussade vous empêche-t-elle de profiter de l'été?
Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com