À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.
Trudeau visionnaire
Quand le premier ministre a demandé si Gatineau consentirait à devenir une ville bilingue, devant le refus systématique de la ville d'Ottawa d'en faire autant, il avait en tête une idée de génie.
Faire de Gatineau la capitale bilingue du Canada. Et il peut le faire.
Ainsi, Jim Watson, qui trouve que ça coûterait trop cher à sa ville, regarderait le transfert de 75 % des emplois du gouvernement fédéral dans la région de la capitale nationale vers Gatineau, ainsi que les nombreuses ambassades et bien sûr l'annexion de la Colline parlementaire. Et j'en passe.
Justin Trudeau ne cessera de me surprendre ! 
Paul Philippe, Val-des-Monts
Moment mal choisi
Le moment était bien mal choisi pour notre premier ministre d'agir en baveux, selon son propre aveu.
À ses yeux, les revendications des francophones d'Ottawa pour obtenir le statut officiel de ville bilingue ne sont qu'un prétexte pour servir une rebuffade aux Québécois, et plus spécifiquement, à la ville de Gatineau qui, semble-t-il croire, fait partie intégrante de la capitale du Canada.
Les revendications des francophones d'Ottawa ne font pas le poids à son point de vue. Mauril Bélanger doit se retourner dans sa tombe...
Jean Nadeau, Ottawa

Condescendant
Je n'ai pas apprécié l'air un peu condescendant de Justin Trudeau lorsqu'il a évoqué que Gatineau devienne bilingue.
Gatineau ne doit pas devenir bilingue afin d'éviter l'érosion du français dans la région.
Il faut se promener dans le secteur Aylmer pour constater cela. 
Pierre Archambault, Bowman 
***
La question du jour
Quel échéancier prévoyez-vous pour l'élargissement de l'autoroute 50?
Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com