À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Du gouffre à la vie

Alors qu’en juin 2014, cet organisme est passé à un cheveu de devoir fermer ses portes, aujourd’hui, la Soupière est propriétaire de son édifice. Grâce à la ténacité de sa présidente Louise Petitclerc, cela a été rendu possible. Tout comme Reynald Labelle et Paul Surprenant qui ont été respectivement président du Centre alimentaire Aylmer et de la Soupe populaire de Hull. Chacun de ces organismes s’est retrouvé au bord du gouffre. Ces trois personnes ont réussi à assurer la survie de leur organisme afin d’accompagner et de soutenir les personnes fragilisées de leur secteur. Bravo et merci beaucoup.

Gérard Émond, directeur général du Centre alimentaire d’Aylmer

***

Une lutte perpétuelle

Depuis 157 ans les francophones de Bytown, et par la suite d’Ottawa, demandent un commissaire du service de police qui parle français. 

La fierté francophone à Ottawa est une lutte perpétuelle qui ne s’arrêtera jamais.

André Lajoie, Ottawa

***

Il serait bien à Ottawa !

Au-delà des aptitudes athlétiques exceptionnelles, des habiletés techniques supérieures et des statistiques impressionnantes qu’il a obtenues durant le championnat mondial (même si réduite de deux parties en raison d’une blessure), Alexis Lafrenière a affiché une force de caractère, des attitudes de meneur, une résilience personnelle et un engagement collectif qui démontrent de la vraie graine de champion. Une valeur ajoutée formidable pour l’équipe de la LNH qui aura la chance de remporter la « loterie » du repêchage en juin 2020.  

Je peux visualiser Lafrenière portant fièrement un chandail des Sénateurs dès septembre prochain…

Luc Rioux, Gatineau

***

Nous partageons son avis

Bravo au correspondant Roger Pommainville («Un oubli intentionnel ?», Le Droit, 7 janvier), nous avons réagi comme vous. Ici Radio-Canada ne reconnaît pas Ottawa, la capitale du Canada. Mon épouse et moi regardons ce poste depuis les années 1950. 

Nous sommes très déçus, et même offensés. 

Mario Groulx, Orléans

+

LA QUESTION DU JOUR

Cannabis comestible : attendez-vous avec impatience, ou non, l’arrivée de ces produits ?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com.