À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.
Il faut densifier
Il faut une désignation patrimoniale par édifice plutôt que pour tout le secteur. Sans quoi on n'arrivera jamais à densifier et moderniser le centre-ville. 
Jean-Yves Lord, Gatineau

Fêter le Québec
C'est la Fête nationale du Québec ou pour d'autres, c'est la Saint-Jean-Baptiste. On chante le Québec, souvent on le hurle. On entendra à la radio des classiques de la chanson québécoise. On fera semblant de tenir à la langue française. On se dira que c'est une langue belle et qu'il faut tout faire pour la protéger.
On chantera l'histoire du Québec. On parlera d'un peuple francophone qui est parvenu à survivre dans un continent anglophone. On connaît peu son histoire, on l'enseigne mal et on la commémore en de rares occasions. Derrière le « Je me souviens » des plaques d'immatriculation se révèle une amnésie collective qui fait honte. Ceux qui rêvaient hier à la souveraineté éprouvent aujourd'hui des doutes. Elle est devenue une pomme de discorde. Le Québec a changé, sûrement pas pour le mieux.
Philippe Racine, Hull

Généralisation et hyperbole
Dans l'article « Des flammèches en vue » (Le Droit, 18 juin), le candidat au poste de conseiller du district de Hull-Wright, Pierre Samson, affirme que le centre-ville est le coeur et le poumon de Gatineau. Mais nous sommes en désaccord lorsqu'il affirme « [qu'] il n'y a pas un commerce qui est rentable ». On reconnaît ici la généralisation et l'hyperbole pour donner du poids à un argument. Lui qui veut « faire de quoi avec le centre-ville » alimente la perception que rien n'y se passe et qu'il faut attendre un sauveur. Cette attitude trahit un manque de considération flagrant pour ceux qui oeuvrent à faire croître l'offre commerciale, les projets d'animation ou investissent pour développer une offre résidentielle cohérente. Tout cela, M. Samson le saurait si son entreprise était membre de notre regroupement apolitique et non partisan. 
Nicholas D'Aoust, Vision centre-ville
***
La question du jour
Les députés libéraux de l'Outaouais sont fiers que leurs engagements «tiennent». Jusqu'à quel point partagez-vous ce bilan de la session parlementaire?
Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com