À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Le pays parfait

Si seulement la moitié des promesses électorales se réalisaient à tous les niveaux de gouvernements, nous vivrions dans un pays parfait !

Jean-Luc Yelle, Gatineau

Le patron du spa répond

Au correspondant Théo Martin,

Je prends le temps de répondre à votre lettre « Spa mon village » (Le Droit, 10 octobre). Avec l’installation des services d’aqueduc dans lesquelles la municipalité de Chelsea a investi plus de 20 millions $, et le zonage établi depuis maintenant 20 ans sur la propriété du spa, je suis maintenant prêt à aller de l’avant avec notre projet hôtelier, planifié depuis 2001. Comment en êtes-vous arrivé à la conclusion que nous allions « avaler » les terrains avoisinants et ravager une partie du cœur du village ? Il reste à Nordik 10 acres de terrain bénéficiant d’un zonage approprié. C’est notre terrain, je ne joue pas dans ceux des voisins !

Vous mentionnez aussi que ce projet ne profitera pas aux citoyens. Ce sont eux pourtant qui ouvrent des commerces à Chelsea, qui créent de l’emploi. C’est nous, les entrepreneurs motivés qui offrons des services dont profitent les citoyens dans leur village.

Finalement, vous croyez que je veux détruire la nature et le paysage ? Vraiment ? Si c’était le cas, je n’aurais pas investi des milliers de dollars auprès de la firme d’architecture pour proposer une meilleure option que ce que les règlements de la municipalité de Chelsea me permettent de construire.

Martin Paquette, Propriétaire, Groupe Nordik

La réflexion de Salvail

L’animateur Éric Salvail a écrit sur sa page Facebook, au lendemain des accusations d’indécence qu’il n’avait « jamais eu l’intention d’indisposer quiconque ». Il est allé trop loin, qu’il assume maintenant. 

Je trouve tout à fait inacceptables ces comportements déplacés, il aurait dû savoir qu’il y aurait des conséquences à ces gestes et que ça allait sortir au grand jour un bon moment donné ! Qu’il aille réfléchir à son avenir !

Françoise Couture, Gatineau