À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.
Le langage de l'argent
Le premier ministre Justin Trudeau serait-il le seul Franco-Ontarien à s'opposer au statut bilingue de la capitale du pays ?
Et si le gouvernement du Canada retenait les chèques de dépenses à l'intention d'Ottawa lors du 150e anniversaire de la Confédération, je me demande combien de temps il faudrait au maire Jim Watson pour changer son fusil d'épaule. 
Marc Ryan, Embrun

Ça relève du fédéral
À Mélanie Joly, ministre du Patrimoine,
L'indépendance des pays est provoquée par une trop grande centralisation des pouvoirs, ou un manque de communication entre les ethnies.
Vous ne dites rien de spécifique par exemple sur ce que le fédéral veut ou peut faire pour mettre de la pression sur les conseillers de la Ville d'Ottawa qui doivent décider du bilinguisme officiel de la capitale.
Ce ne sont pas des élus locaux qui devraient en décider ; l'unité du pays est en jeu. La décision devrait ainsi relever du gouvernement fédéral.
Michel Brot-Boucher, Ottawa
Légitime, Ottawa ?
Jim Watson, maire d'Ottawa et sa collègue la première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne, refusent d'accorder le statut de bilinguisme officiel à la Ville d'Ottawa.
Il y a deux ans, John E. Kent, du Centre d'études en gouvernance de l'Université d'Ottawa, s'interrogeait : « Si la Ville d'Ottawa persiste dans son unilinguisme officiel, on ne peut imaginer qu'elle aura la légitimité d'être l'hôte des célébrations du 150e anniversaire de la Confédération... »
Est-ce que le maire Watson peut confirmer à tous qu'Ottawa aura la légitimité d'être l'hôte de ces célébrations et de représenter tous les Canadiens si elle n'a pas le statut de ville officiellement bilingue ?
M. Renaud, Gatineau

Un cauchemar blanc
Que penser du déneigement des rues à Gatineau ?
Venez faire une tour dans le secteur Wrighville ! Honte au conseiller municipal, honte aux cols bleus...
Un vrai cauchemar, autant pour piétons qu'automobilistes !
Denis Girard, Gatineau
La question du jour
Procès pour inceste du «père-grand-père» à Gatineau: les médias donnent-ils trop, ou pas assez de détails des témoignages?
Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com