À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.
L'oeuf ou le Walmart
Si la Ville de Gatineau protège toujours des études qu'elle ne veut pas rendre publiques, elle ne se gêne pas pour créer de la propagande afin de contrer les attaques d'immobilisme concernant le développement du centre-ville. Lors de la présentation des outils promotionnels sur le bilan du Plan particulier d'urbanisme, la porte-parole municipale a dû néanmoins reconnaître une absence de commerce de proximité dans l'Île de Hull (« À la recherche de jeunes familles », LeDroit, 10 mai). Selon cette dernière, le problème s'explique par le phénomène de l'oeuf ou la poule. L'autre explication qu'elle s'est bien gardée d'avouer est la propension municipale à autoriser l'ouverture des Walmart et autres grandes surfaces qui tuent le commerce local.
Bill Clennett, Gatineau
La pauvreté
Je trouve ça pas mal navrant si non injuste que le salaire minimum ne bouge pas quand tout autour de nous augmente. Qu'est-ce que c'est quelques sous de plus pour ce qui sont souvent des multinationales aisées ? À tous les jours, je côtoie des mamans monoparentales qui se privent de faim pour nourrir leurs enfants, qui ne savent pas comment elles vont faire pour payer leur prochain loyer. Même de mes collègues qui sont dans des logis pas chers et qui vivent avec quelqu'un, ne voient pas le bout du tunnel et sont obligés d'accepter de faire des heures supplémentaires ou d'autres emplois pour arriver. C'est désastreux ! Il y a quelques décennies, il y avait trois classes : les pauvres, la classe moyenne et les riches. Aujourd'hui, nous sommes rendus qu'à deux, soit les pauvres et les riches. Est-ce normal ? Est-ce juste ? Voyez-vous l'importance de l'augmentation du salaire minimum à 15 $ ?
G. Cécyre, Gatineau
Critiques et avantages
La correspondante Anick Parent critique très sévèrement l'éducation qu'auraient reçue ses enfants au Québec (« Scolarité dès 4 ans », LeDroit, 6 mai). Elle omet sans doute bien involontairement, j'imagine, y avoir profité des frais de garderie très économiques.
Jean Thibodeau, Gatineau