À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Continuer la vie

Gardez votre calme et continuez est une expression courante pendant la Seconde Guerre mondiale à Londres. Aujourd’hui, je ne peux pas aller dans un café à cause de la COVID-19. Garder le calme et continuer. Continuer quoi ? Vivre et profiter de ma vie, car je vais bien. Alors, garder son calme et continuer a un sens pour moi, ça en a toujours eu.

Steve Dolesch, Gatineau

***

Réduire les paiements

La plupart souffrent beaucoup de la COVID-19. Les banques offrent de retarder nos paiements, mais s’assureront que toutes nos dettes soient éventuellement payées. De même pour les propriétaires de logements. 

Je ne comprends pas que les gouvernements n’obligent pas les puissants à réduire les loyers et les hypothèques pour soulager nos souffrances.

Richard Asselin, Ottawa

*** 

Bravo aux élus

Les Canadiens traversent une période très difficile et on ne voit pas encore la lumière au bout du tunnel. François Legault dirige très bien la situation au Québec, comme Jason Kenney en Alberta, Doug Ford en Ontario et les autres. Je suis très satisfait de l’énorme travail du premier ministre Justin Trudeau. 

Il est normal que certaines décisions prennent du temps, car on ne peut pas y aller aveuglément. Et bravo pour les efforts colossaux des gens de la santé publique. Ils sont là pour nous. 

Jacques Henri, Gatineau

***

Violences familiales

Oui à l’isolement volontaire pour contrer la propagation du coronavirus, mais il y a aussi urgence pour contrer la violence familiale qui pourrait en découler. L’isolement peut se transformer en enfer pour les femmes et les enfants vivant avec un homme violent. Bien souvent, le travail ou l’école sont des havres de paix. Mais ils n’existent plus. Les mesures d’exception pour contrer le coronavirus ne doivent pas mener à l’augmentation du taux de féminicide au Canada. 

Élus, trouvez des façons de protéger ces personnes vulnérables. Inciter les voisins à être attentifs. Aidez les refuges à les accueillir. 

Marie-Claude Girard, Cantley