À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.
Le point sur Guertin
La ministre Stéphanie Vallée a raison d'être prudente dans le dossier de l'aréna Robert-Guertin. 
Le projet, l'endroit et le partenaire (VMSO) n'ont rien de mauvais, mais il y a beaucoup trop de zones d'ombre pour aller de l'avant les yeux fermés.
Le maire Maxime Pedneaud-Jobin a été, à tort ou à raison, le principal pourfendeur du projet Guertin sur Montcalm, dénonçant les coûts et les expropriations.
Le terrain est aujourd'hui appelé à être occupé par une tour à condos du groupe Heafey et les coûts révélés du projet de VMSO sont tout aussi élevés.
Le maire a concocté son projet derrière des portes closes. L'opposition de conseillers repose justement sur le manque d'information.
Et maintenant la population devrait accepter un projet de loi privé contournant les règles de base de l'attribution de contrats publics. Pourtant, le même projet public-privé aurait pu aller de l'avant en suivant les règles habituelles.
Et le citoyen serait sorti gagnant d'une réelle concurrence entre VMSO et d'autres promoteurs potentiels, par exemple les Sénateurs.
Samuel Perreault, Gatineau

Trouvez l'horreur
Je plains ces pauvres gens qui circulent sur la 417 à la hauteur des sorties Maitland et Island Park : ils n'ont que six voies à leur disposition. Il en faut vraiment huit !
Les élus Bob Charelli et David McGuinty devraient avoir honte alors qu'ils savent bien que ces huit voies seront quatre fois plus que les deux voies qui relient l'est d'Orléans à Rockland, où des milliers de voitures circulent chaque jour à pas de tortue. 
 Denis Gagnon, Orléans

Le salariat et les médecins
Le système de santé du Québec n'est pas public.
L'article de Justine Mercier, Abolition des frais accessoires : moins de prises de sang  (Le Droit, 14 décembre) démontre avec éloquence les limites de ce système hybride.
Dans les faits, les GMF (groupes de médecine familiale) sont des cliniques privées et leurs médecins, des entrepreneurs.
Le problème n'est pas compliqué à résoudre : il suffit d'introduire le salariat pour les médecins.
En attendant, nous sommes les dindons de la farce.
Bill Clennett, Gatineau
***
La question du jour
Après celles du chroniqueur Patrick Duquette, quelle est votre principale prédiction pour 2017 ?
Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com