À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.
Triste innocence
À tous les jours, matin et en fin de journée, on apercevait le couple asiatique qui pédalait à la vitesse du colimaçon, chacun assis sur un vieux tricycle en piètre état, trop large, sans réflecteur ou fanion, garnis de sacs dépareillés. Coiffés d'un chapeau typique à l'allure d'un abat-jour, la corpulence fragilisée par l'âge, teint basané, visage ridé, lui avec une pipe et elle avec un sourire permanent. Sur le boulevard Gamelin et la promenade du Lac des Fées, le sympathique duo se dirigeait vers le vieux Hull à l'aube, puis vers le Plateau au crépuscule. On aurait cru voir deux personnages issus de la campagne vietnamienne. Certes on y reconnaissait l'imprudence et la témérité innocente, mais sans la condamner. On choisissait plutôt de savourer le charme du scénario, la détermination et la simplicité d'un couple septuagénaire d'ailleurs, qui tente de survivre chez nous. Au trajet du retour, avec ses sacs remplis de bouteilles et cannettes vides, la dame devait souvent marcher en poussant son tricycle mal en point. L'inévitable s'est produit. La dame a été happée mortellement. La tragédie suscite beaucoup de tristesse, mais pas d'étonnement, et peut être de la culpabilité chez certains.
Dan Gay, Gatineau
Accessibilité universelle
À la suite des commentaires des participants des trois marches en vue des travaux d'amélioration prévus sur le boulevard St-Joseph à Gatineau, le Regroupement des associations de personnes handicapées de l'Outaouais (RAPHO) demande que l'accessibilité universelle soit prise en considération dans les nouveaux aménagements.
Monique Beaudoin, directrice générale du RAPHO
Nature et jeunesse
Je voudrais féliciter le Service d'animation jeunesse de l'Outaouais pour avoir regroupé plus de 100 adolescents de Papineau pendant la semaine de relâche afin de leur permettre de vivre trois riches journées de camp d'hiver dans un milieu où les installations se marient bien avec la nature. Voilà une contribution digne de mention pour soutenir un bon nombre de familles qui ont le souci d'offrir à leurs enfants un programme d'activités qui sait répondre à leurs besoins. 
Raymond Ménard, Plaisance
***
La question du jour
Avez-vous un souvenir du Grand Ralliement de SOS Montfort tenu il y a 20 ans, le 22 mars 1997 ?
Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com