À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Dépenser sans compter

M. Trudeau, combien d’années encore allons-nous continuer d’avancer vers la faillite ? Si nous sommes un pays riche et généreux, alors pourquoi emprunter à tour de bras sur la marge de crédit des Canadiens pour satisfaire toutes ces promesses électorales ? Ce qu’on ne ferait pas pour garder le pouvoir…

Yves Gosselin, Gatineau

***

De l’ingérence

Je ne suis pas d’accord avec l’éditorial « L’amitié d’Obama opère encore » (Le Droit, 18 octobre). L’ancien président dit tout simplement qu’il a bien aimé côtoyer le premier ministre Justin Trudeau. En Espagne, c’est bien différent, c’est la façon de faire. Ça, c’est de l’ingérence.

Michel Boulanger, via Internet

***

Je vote pour le climat

Mon choix se fera selon le critère du climat : quel parti a le programme le plus dynamique pour s’attaquer au problème des changements climatiques ? 

Certains partis sont timides car ils pensent qu’ils risquent de faire peur aux votes. Et du côté des électeurs, on pourrait ne pas voter pour un parti parce qu’on pense qu’il a peu de chances de se faire élire. Il faut mettre de côté ce réflexe. La situation est grave, le climat se détériore rapidement et on a besoin de trouver des solutions efficaces à ce problème majeur. L’heure n’est plus aux demi-mesures. Votons pour le parti qui visera le mieux le plus grand enjeu de notre ère ! Tous les autres sont secondaires. Le temps du vote stratégique est révolu. Plusieurs manifestations ont voulu faire comprendre à nos gouvernements l’urgence d’agir et c’est très bien. Mais une autre façon est de voter pour ses convictions. Manifestons avec cœur, et votons avec cœur aussi ! 

Sylvain Claude Lemay, Gatineau

***

Il perd des votes

Oui ça opère, l’amitié avec Barack Obama : ça fait perdre des votes à Justin Trudeau. Il s’agit d’un geste désespéré parmi d’autres.

Jean-Pierre Rousseau, via Internet

------------------------------------------

LA QUESTION DU JOUR

Le 6e pont entre Gatineau et Ottawa verra-t-il le jour à un moment donné ? Ou est-ce condamné d’avance ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.