À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.
Le fléau des feux rouges
Bravo au chroniqueur Patrick Duquette pour son article sur les accidents de la circulation liés au non-respect des feux rouges (Le Droit, édition du mardi 17 janvier 2017). Ce fléau dure depuis au moins une vingtaine d'années. Avant cela, il me semble que les gens respectaient les feux rouges. Je ne comprends pas pourquoi le Service de police de Gatineau ne s'attaque pas à ce problème, pourtant aussi dangereux que les excès de vitesse. Un policier posté à une intersection passante pourrait épingler sûrement une douzaine de fautifs à l'heure. Et les amendes devraient doubler à chaque récidive en cette matière. Des caméras de surveillance aux feux rouges seraient certainement très rentables aussi.
Marc Landry, Gatineau
Faire faillite
Les dettes des provinces et du Canada ne cessent de grimper à un rythme étourdissant. J'ai la solution pour régler le problème : déclarer faillite et changer de nom.
Jean Roy, Gatineau
Fils indigne
Décidément, le premier ministre Justin Trudeau n'a pas appris grand-chose de son père, qui était aussi le père de la loi canadienne sur le bilinguisme. Au Québec, on peut parler anglais dans les bureaux fédéraux et à la poste, mais pas avec le premier ministre fédéral, selon Trudeau, même quand c'est lui qui invite la population à venir le rencontrer, et de surcroit dans un arrondissement officiellement bilingue ! C'est une erreur !
Et comme excuse, il invoque la langue officielle du Québec et fait le parallèle avec sa réponse en anglais à ceux qui l'interrogeaient en français en Ontario. Ici, l'erreur est double. Non seulement, comme représentant du gouvernement fédéral bilingue, il aurait dû répondre en Ontario aussi dans la langue officielle utilisée par ses interlocuteurs, mais en plus, il n'y a en Ontario aucune disposition légale déclarant que l'anglais est la seule langue officielle. Parler uniquement anglais n'est qu'une mauvaise habitude. S'il ne comprend pas la situation lui-même, il serait temps que Justin Trudeau s'entoure de meilleurs conseillers !
Roland Madou, Ottawa
***
La question du jour
À quoi faut-il s'attendre de la présidence de Donald Trump?
Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com