À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.
Quelqu'un d'autre
Madeleine Meilleur a cafouillé dans la mort d'Andrew Loku, un Noir tué par la police à Toronto. Cela a affecté la réputation de Kathleen Wynne et contribué à la glissade de son gouvernement. Elle a exposé les limites de sa force analytique et de son engagement envers la francophonie en offrant un laisser-passer au maire Jim Watson. Son démarchage pour devenir sénatrice, et ensuite commissaire, en disent long sur ses convictions. Comme le premier ministre Justin Trudeau n'a qu'une compréhension approximative de ses responsabilités envers les communautés francophones et que sa ministre du Patrimoine n'est pas disposée à s'affirmer, c'est une personne toute autre que Madame-l'ayant-droit-aux nominations-politiques dont nous avons besoin.
Pierre LeBlanc, Ottawa
Candidature vulnérable
Je suis d'accord avec les points soulevés par l'éditorial de Pierre Jury et par le correspondant Jacques Dufault (« Pour elle, mais contre », Le Droit, 20 mai). Une suite logique des choses serait le retrait de la candidature par Madeleine Meilleur (ou Justin Trudeau). Près de 50 ans après avoir mis de l'avant les langues officielles au Canada, voilà un sujet qui ne devrait plus prêter flanc aux critiques de partisanerie. C'est malheureusement le cas suite aux admissions gênantes de la candidate au poste. Une belle occasion ratée par le premier ministre et surtout une contradiction avec ce qu'il avait promis. 
Yves Chartrand, Ottawa
Un atout
Madeleine Meilleur saura accomplir son rôle de Commissaire aux langues officielles avec intégrité et impartialité, ses accomplissements et ses expériences seront un atout (« Pas comme une lettre à la poste », Le Droit, 20 mai). 
Bernadette Sarazin, Ottawa
La qualité libérale
Je trouve ridicule que l'on débatte la nomination de Madeleine Meilleur. Qu'elle soit libérale n'a rien à voir avec sa compétence. Même que son expérience comme ministre des Affaires francophones est un plus afin d'accomplir un travail comme Commissaire aux langues officielles.
Hélène Lamontagne, Ottawa
***
La question du jour
Une autre attaque terroriste, cette fois à Manchester: y a-t-il des leçons à en tirer?
Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com