À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.
Bilingue, hein ?
Le maire Jim Watson se targue que la Ville d'Ottawa a un règlement officiel sur le bilinguisme. Peut-être devrais-je lui envoyer l'avis de procès que j'ai reçu dans lequel l'infraction au stationnement se lit « Park in No Parking Area ».
Il est plus que temps que la capitale nationale se mette à l'heure du 150e anniversaire de la Confédération canadienne.
Jean-Guy Beaupré, Aylmer
Un vote pour Lady Gaga
Le plus intéressant du Super Bowl LI ? Le spectacle à mi-temps ! Lady Gaga était énergétique et a donné un excellent spectacle. 
Cécile O'Connell, Gatineau
Ça va pas, les docteurs ?
Le commentaire des docteurs Guilbault et Han (« Nous accueillons McGill à bras ouverts », Le Droit, 4 février) ressemble davantage à un exercice de marketing sournois et de désinformation qu'à l'établissement des faits. Agrandir la chose mcgillienne en parlant de 96 étudiants, tout étant véridique, vise à tromper. C'est bien seulement 24 médecins par année qui diplômeront.
En passant complètement sous silence la composante anglaise de cette formation, ils plongent dans les « post-vérités », voire les mensonges et les subterfuges à l'américaine. C'est comique à en mourir de constater qu'autant l'Université d'Ottawa et que le Centre de formation en médecine de Moncton sont en mesure de fournir une formation en médecine entièrement en français tandis que le Tout-Québec n'a pas les moyens, et surtout pas le savoir-faire semble-il, d'offrir à ses citoyens gatinois une formation égale.
Un peu de courage, et surtout d'intégrité, s'il vous plaît.
Pierre LeBlanc, Ottawa
Offre de pardon
Je suggère aux responsables de la Grande mosquée de Québec de rencontrer Alexandre Bissonnette et de lui offrir leur pardon. Ce serait un grand geste de réconciliation et d'inclusion.
Normand Rousseau, Gatineau
***
La question du jour
Pour le 150e anniversaire de la Confédération, comment Ottawa peut-elle changer son image de ville terne ?
Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com