À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.
Rapatriement en santé
J'ai subi une prise de sang l'an dernier à Ottawa : le résultat a été reçu en moins de trois semaines. En février dernier, une autre prise de sang, mais à l'hôpital de Gatineau : mon médecin vient d'en recevoir le résultat... après quatre mois.
Rapatrier les soins de santé au Québec nous ferait-il traverser en un temps record ? Êtes-vous malade ? 
Carole Roy, Gatineau
Employés mal reconnus
Les problèmes d'implantation du système de paie Phénix découlent du peu de reconnaissance accordée au commis à la paie. Il serait temps d'ailleurs. Naviguer un système de paie énorme et complexe requiert une expertise poussée que seul du personnel bien formé, et proprement rémunéré, peut offrir. Or, la majorité des spécialistes de paie ont été remerciés avec l'arrivée de Phénix... et pourquoi reviendraient-ils ? Le gouvernement veut leur retour mais refuse de les reconnaître à leur pleine valeur. Il faudra une bonification pour les attirer. Les 142 millions $ supplémentaires (Le Droit, 25 mai) passent par l'investissement dans le personnel. Mais pas au prix d'aujourd'hui. 
Que le fédéral offre des niveaux et salaires plus élevés aux spécialistes de paie qu'il veut attirer. Leur embauche assurerait la pérennité du nouveau système et faciliterait la résolution des multiples défis causés par Phénix.
Michel Lefebvre, Gatineau
Une usine désaffectée
Le long de la rivière du Lièvre, une usine désaffectée est presque totalement abandonnée depuis des années. La Ville de Gatineau pourrait-elle obliger son propriétaire à la démolir et libérer un terrain riverain de grande valeur, bien que probablement contaminé ? 
Les beaux parcs dans le secteur Buckingham se font plutôt rares. 
Marcel Hallé, Gatineau
***
La question du jour
Après plusieurs attaques terroristes en Europe, faut-il être plus vigilant en cette année du 150e anniversaire de la Confédération?
Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com