À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.
Faites-les payer
Les autorités clament la démolition des ruines de Deschênes pour la sécurité publique... Toi avide de sensations fortes, vogue sur cette vague épique connue de ton milieu de kayakiste, mais gare à toi si tu échoues ton parcours. Si les spécialistes du sauvetage viennent à ta rescousse c'est toi et uniquement toi qui devra débourser le coût de l'opération, car toi et uniquement toi aura décidé de t'élancer dans ce tourbillon. Pourquoi utiliser les fonds publics afin de démolir un si beau site à cause d'une infime minorité en manque de sensations fortes ? C'est assez ! Faites-leur parvenir votre facture de sauvetage et appliquons ces millions voués à la démolition des ruines à des projets beaucoup plus importants et primordiaux pour la communauté.
A. Séguin, Gatineau
Le symbole des luttes
Le 8 mars, Journée internationale des femmes a été reconnu par l'ONU en 1977. Cette journée de manifestation et de célébration est maintenant le symbole des luttes pour la condition féminine à travers le monde. Si dans certain pays les femmes sont pratiquement l'égale des hommes, dans d'autres, leurs conditions de vie sont misérables. Des femmes courageuses ont mené des luttes acharnées à leur épanouissement collectif. Bravo et bonne continuité aux femmes de par le monde dans leur dur combat pour l'égalité des genres !
Serge Landry, Gatineau
La parité qu'on veut bien
Les chauffeurs de la STO veulent la parité avec ceux d'OCTranspo. Les syndicats utilisent toujours les comparaisons qui font leur affaire. Le coût de la vie à Ottawa est de 15 % supérieur à celui de Gatineau. Les chauffeurs de la STO sont déjà très bien rémunérés compte tenu du diplôme requis pour ce travail. Ils gagnent 4 $ de plus de l'heure qu'une infirmière qui a un cégep technique.
Il serait temps de commencer à penser s'il était possible et économique de privatiser la STO.
Jean-François Houle, Gatineau
***
La question du jour
Un autre décès «évitable» dans un hôpital: comment expliquer ces situations?
Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com