À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Un malaise sur le voile

Je suis mal à l’aise avec cette loi 62 sur la neutralité religieuse au Québec, mais je suis aussi mal à l’aise de voir des femmes complètement voilées. Le problème est ailleurs. Les musulmanes devraient être bien avisées, avant de venir au Canada, qu’ici les femmes ont le visage découvert. Si j’allais dans un pays musulman, je n’aurais pas le droit de me promener bras et jambes nues. Je respecterais leur coutume. Nous devons chercher à bien intégrer les immigrants, mais ils doivent aussi faire l’effort de s’intégrer dans notre société.

Henriette Levasseur, Gatineau

Plus que normal

Il est plus que normal de bannir le voile intégral dans les services publics. C’est une question de sécurité pour les employés, et d’égalité pour tous. Pourquoi en sommes-nous encore là ? Nous sommes au Canada !

Denyse Labrecque, Gatineau

Normal de voir le visage

Avec l’adoption du projet de loi 62, au Québec désormais, hommes et femmes doivent avoir le visage découvert dans les services publics. On ne peut trop teinter les vitres de son auto pour que le policier puisse voir les visages des passagers. 

D’accord que l’on n’a pas le droit de dire à une femme comment s’habiller si tu vas à Dubai, par exemple, il y a des endroits où la femme doit se couvrir. Maintenant, il faut respecter cette nouvelle loi ; si une personne me parle, je veux savoir à qui j’ai affaire et c’est normal.

Luc Robert, Gatineau

D’accord, oui !

Entièrement d’accord avec la promulgation du projet de loi 62 sur le port du voile en public au Québec !

Tom Muldoon, Ottawa

Justin pleure Gord

Le premier ministre Justin Trudeau a versé quelques larmes à l’évocation du décès du chanteur canadien-anglais Gord Downie, le leader du groupe The Tragically Hip. Il ne fera jamais pareil pour un artiste francophone. Pourquoi ? Ce n’est pas son monde.

Sylvio Le Blanc, Montréal

***

La question du jour

Pourquoi faut-il garder confiance après le départ chancelant du Canadien de Montréal?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com