À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Le nom de Russell

Faut-il aussi changer les noms des rues Jules César, George Washington et j’en passe. qui pratiquaient l’esclavagisme ? Faut-il changer le nom des rues Charles Lindberg, bien connu pour ses sympathies nazies ? Il y a des milliers d’exemples similaires. L’Histoire, c’est apprendre du passé pour mieux comprendre le présent et mieux préparer l’avenir. Ce n’est pas en effaçant le passé qu’on va mieux préparer l’avenir.

René Thibault, Ottawa


Une page de notre histoire régionale qui disparaît

Les logos des commissions scolaires disparaîtront à compter du 21 juin, le gouvernement de la CAQ a décidé de s’en débarrasser. Ces logos qui représentaient notre histoire et notre région vont être remplacés par le drapeau du Québec pour tous les nouveaux centres de service. Le personnel de gestion était très fier de porter leur épinglette avec leur logo qui représentait bien leur territoire par différents symboles tels que la drave, la forêt, les portages, les vallées, les rivières. Il n’y aura plus aucun sentiment d’appartenance. La CAQ se disait un parti pour les régions et non un parti de centralisation. Le projet de loi 40 n’a pas fini de malmener le réseau de l’éducation.

Claude Beaulieu, Gatineau


Amanda Simard se tient debout

Bravo Denis Gratton ! Un bon « tiens toé ! » porté au ventre de la petite politique (Le cash avant la langue, Le Droit, 15 juin 2020). Amanda Simard est une députée qui se tient debout non seulement pour ses électeurs « whatever the party », mais pour tous les francophones de l’Ontario, voire du Canada ! La Cour suprême vient de le confirmer pour les francophones de la Colombie-Britannique : le droit à une éducation française de qualité n’est pas d’abord une affaire de « cash » comme le croyait Doug Ford, mais de droit constitutionnel. C’est pour ça que Mme Simard lui a tourné le dos. Intrépide, elle a toute mon admiration,

Pascal Barrette, Ottawa