À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.
L'identité francophone
Le Canada est reconnu bilingue autour du globe. Ottawa, sa capitale, non. Pourquoi marginaliser les personnes de sensibilités culturelles différentes et ne pas les combler du bonheur de vivre sous le toit d'une capitale bilingue? L'histoire fait partie intégrante des racines de tous les Canadiens de souche. Les nouveaux arrivants apprennent à reconnaître de quoi notre identité est faite. Ce sont les racines d'ici qui nourrissent les fleurs d'ici. À Ottawa, nos ancêtres ont su garder leur francité, ils ont acquis la volonté du dialogue, refusé le rejet, la négation, la méprise. En 2017, nous aspirons à un avenir commun dans la diversité, nous chercherons la clé d'une meilleure compréhension du prochain. Oui, nous aimons le ciel, les ponts, les rivières, le Parlement et les services bilingues d'Ottawa, mais nous aimerions aussi que le maire Jim Watson ouvre sa porte avec un «Welcome» et un «Bienvenue» à ses visiteurs et à ses citadins.
Gertrude Pelletier Lapointe, Ottawa
Le danger sur la 50
La préfète Paulette Lalande n'a pas l'air de réaliser la portée de ses mots («Lalande défend l'autoroute 50», Le Droit, 21 février). Elle voudrait qu'on se réjouisse des bienfaits de l'autoroute 50 sur l'économie de la Petite-Nation avant de parler des décès et des accidents récurrents. Si les gens parlent des dangers de la 50, c'est parce qu'ils sont bien présents.
Grégoire Poirier-Richer, Gatineau
Ça ne pèse rien
Considérant que l'idée d'une autoroute 50 existe depuis le début des années 1960, et considérant que les politiciens sont plus vite à promettre qu'à livrer à l'approche d'élections, j'accorde 50 nanogrammes au propos de Philippe Couillard.
Marc Rhéaume, Gatineau
Promesse aux naïfs
Le premier ministre est venu annoncer de futurs travaux sur l'autoroute 50. Comme le dit le vieil adage, «ça sent les élections !» Comment ne pas se montrer perplexe devant une telle annonce? Ni date ni budget,... juste une intention, sans plus ! Seul les naïfs oserons y croire...
Paul Peterson, Gatineau
***
La question du jour
Que pensez-vous des plans pour le futur complexe quatre-glaces de Guertin?
Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com