À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.
En zone inondable
Une section de l'autoroute 50 a été construite en 1988 en zone inondable. 
Pourquoi le ministère des Transports du Québec n'a-t-il pas rehaussé cette section pour éviter les très gros problèmes actuels? Elle aurait dû être construite en respectant les cartes des zones inondables. 
Jean-Pierre Lussier, Gatineau
Goneau: propos déplacés
À Radio-Canada, le 7 mai, Sylvie Goneau, conseillère du district de Bellevue, a critiqué le retard du maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin à appeler en renfort l'armée canadienne. Elle croit même que des maisons de son quartier auraient pu être sauvées...
Une telle sortie, en pleine crise, me paraît très déplacée. La candidate à la mairie essaie de se faire du capital politique mais elle fait au contraire preuve d'un manque de jugement et de tact. Elle ne méritera pas ma confiance aux prochaines élections municipales.
Michel Bélanger, Gatineau
Des millions aux autres...
Quand il y a des catastrophes dans le monde, nous envoyons des millions en aide! 
Qui nous aide aujourd'hui? Pourquoi n'y a-t-il pas de collecte pour les sinistrés comme lors d'autres catastrophes ?
Et puis, sérieux... 30 soldats à Gatineau? Ils ne suffiront pas! Pourquoi n'y en a-t-il pas des milliers ?
En passant, bravo aux bénévoles: plus de 3500 citoyens en fin de semaine. 
Jean-François Arsenault, Gatineau
Nombrilisme montréalais
Depuis le début des inondations, les télévisions ont rapporté les situations dans les différentes régions du Québec. Bravo ! Cependant, lorsque la situation s'est empirée sur l'île de Montréal, les informations provenant des régions devenaient de plus en plus rares. 
Mais ne nous énervons pas, on ne parle que d'un accident de la nature... 
Robert Lafrance, Saint-Sixte
***
La question du jour
Comment évaluez-vous l'appui des gouvernements (Sécurité publique, armée, Protection civile), etc. pendant cette crise des inondations?
Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com