À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Déçue des Oliviers

Très déçue du Gala des Oliviers cette année. C’était plutôt le gala des sacres et du mauvais français. J’aimais ces galas animés par des humoristes drôles.

Je ne comprends vraiment pas les Oliviers de Mike Ward; ce n’est sûrement pas pour son talent d’humoriste de bas étage. Sa vulgarité et surtout son manque d’humanisme ne sont jamais acceptables. Souhaitons qu’il perde en appel. Nous avons plein d’humoristes meilleurs que lui. Les Québécois, j’espère, ne sont pas rendus au niveau de ce manipulateur. 

Nicole Massicotte, Gatineau

Et si c’était lui ?

Je propose une mise en situation. Supposons qu’un autre humoriste, croyant qu’il n’y a pas de limite à son humour, s’en prenne à... la mère de X. Qu’il dise des méchancetés sur elle dans ses spectacles, au point que sa qualité de vie s’en trouve affectée et qu’elle devienne la risée de son entourage. Serait-il toujours aussi partisan d’une liberté de parole sans limite?

Clément Bonin, Gatineau

Et il récolte en plus !

C’est à n’y rien comprendre. Tu ris d’une personne handicapée et tu récoltes des trophées. Tu sacres et la salle t’ovationne. On ne trouve plus des Daniel Lemire et des Yvon Deschamps qui ne s’attaquaient pas aux plus faibles. 

Luc Robert, Gatineau

Les sans-gène

Les libéraux s’indignent des trop-perçus d’Hydro-Québec sous leur règne ? À leur place, je me garderais une petite gène. Jamais ils ne parlent des 9 milliards $ qu’ils ont coupé en services avant la Coalition avenir Québec. Pauvres libéraux! Ils n’ont pas assez écouté le peuple, qu’ils disent, pendant qu’ils vidaient leurs poches. Et on devrait pleurer ?

Yves Gosselin, Gatineau

***

La question du jour :

L’ex-juge à la Cour suprême Michel Bastarache reconnaît la pauvre qualité du français hors-Québec. Que faut-il faire pour l’améliorer ?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com