À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.
Un mauvais souvenir...
La réaction de nombreux francophones concernant les douanes me rappele un (mauvais) souvenir. En vacances en 2000 et arrivant au Canada en voiture en provenance des Etats-Unis, j'ai voulu parler en francais au douanier. Mal m'en a prit car la seule chose qu'il m'a dite (en anglais) était de stationner ma voiture, de faire sortir toute ma famille puis de nous rendre à pied dans un obscur bà^timent afin de trouver un obscur comptoir où l'on parlerait francais. J'y ai renoncé pour des raisons de temps. J'ai eu du mal à croire que cela se passait encore à l'aéroport d'Ottawa. Tout cela aurait dû être résolu depuis longtemps... Je comprend de plus en plus les envies d independance de francophones du Canada.
Max Schieve, Tours, France
De l'aplaventrisme!
La position de Marie-France Lalonde, ministre des Affaires francophones, est tout à fait démoralisante («Lalonde entend respecter la Ville d'Ottawa», Le Droit, 13 février). Elle démontre un manque flagrant de respect envers les francophones et fait fi des efforts en faveur d'Ottawa bilingue. Sa position reflète un aplanventrisme sans pareil devant le maire Jim Watson qui s'entête. Elle ne fait que renforcer l'obstination du maire. Elle devrait démissionner au bénéfice de quelqu'un qui valorise activement le français en Ontario et a le courage de ses convictions. La francophonie ne peut absolument pas se permettre une ministre qui, sous le couvert d'un soi-disant respect, camoufle une crainte non fondée du maire de la capitale d'un pays pourtant officiellement bilingue. 
Lucie Laliberté, Ottawa
Un succès? Attendons...
En surface, la première rencontre Trump-Trudeau fut un succès. La rencontre semblait décontractée et fondée sur le respect mutuel. Dans l'ensemble, les médias en font l'éloge. Attendons les résultats avant de sauter aux conclusions.
Claude Robert, Gatineau
Trop grand, Gatineau?
On avait pourtant annoncé une tempête de neige bien importante. Les ratés du déneigement sont difficiles à comprendre. Serait-il possible que la Ville de Gatineau est trop grande pour nos élus... au point de penser à défusionner? Beaucoup de rues sont encore dans un état lamentable!
Denis Potvin, Gatineau
***
La question du jour
Michel Therrien congédié par le Canadien, Claude Julien le remplace : qu'en pensez-vous ?
Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com