À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Lamentable, la 50

Nous revenons d’une belle tournée du Saguenay-Lac-St-Jean en passant par Québec et revenant par La Tuque. 

Quel beau voyage avec de bien beaux chemins, spécialement l’autoroute 175 de Québec à Chicoutimi et la route 70 de La Baie à Alma (11k m encore à construire). Ce sont de belles routes à quatre voies en très bon état. 

Entre-temps, la route 50, commencée il y a près de 50 ans, est encore dans un état lamentable, parfois quatre voies et parfois deux voies, ce qui cause de l’ambiguïté et ainsi des accidents mortels. Cette route a servi de matériel électoral, tant pour le PLQ que le PQ et maintenant la CAQ. Il n’y a qu’une alternative : faire de « la 50 » une route à quatre voies de Gatineau à la route 15. 

Fini les grenouillages et de solutions dispendieuses temporaires. Réveille-toi Gatineau ! Tu mérites mieux que ça.

Denis Gagnon, Orléans

Entre le passé et le futur

L’opinion de l’architecte Peter Clewes, responsable pour le nouveau design du projet du Château Laurier (Le Droit, 11 juillet 2019), en dit long sur les véritables responsables du mauvais goût de l’annexe. Il nous dit que le schéma a été approuvé par le comité d’urbanisme et que le conseil avait confié l’approbation au directeur général de l’urbanisme, de l’infrastructure et du développement économique. Il ose ajouter que le travail a été fait en demeurant à l’écoute des divers intervenants. Il affirme avoir conçu une annexe en faisant preuve d’un degré exceptionnel de souci du détail, en tenant compte du caractère particulier du bâtiment. Il termine en écrivant que l’édifice contribuera à combler le fossé culturel entre le passé et le futur. À mon avis, le service d’urbanisme de la Ville d’Ottawa a été endormi par autant de beaux mots et ce design qui vient défigurer un si bel édifice ne comblera pas de fossé avec le passé, mais va tout au contraire en créer un dès à présent pour les générations futures.

Antoine L. Normand, Gatineau

***

La question du jour :

Que pensez-vous de la grève qui touche 23 parcs de la Société des établissements de plein air du Québec (SÉPAQ)?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com