À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.
Appuyer Bombardier
Aider un fleuron dans un secteur de pointe ? Certainement. Prendre plus d'un an et aider si peu ? Pas d'accord... surtout que ça donne l'impression que le gouvernement a prix tout ce temps pour trouver une façon de minimiser les réactions négatives du « Rest of Canada ». Et qu'au résultat la plus grande partie de l'aide se dirige vers l'Ontario.  
Marc Rhéaume, Gatineau
Il faut s'assumer
Membre d'Action Gatineau, suis-je choqué du manque de courage de Gilles Carpentier et Daniel Champagne, ou déçu de leur manque de logique (« Création d'une "équipe d'indépendants" », Le Droit, 8 février) ? Car avoir « une plateforme électorale commune sur des enjeux grande ville et nous présenter comme une équipe capable de travailler ensemble pour faire avancer certains dossiers, » tel que l'a dit M. Champagne, c'est pas mal la définition d'un parti. On est indépendant ou pas, non ? On ne peut pas former une « équipe » avec un programme commun et une plateforme et dire : « Il n'y pas de risque de voter pour nous, nous ne sommes pas un parti ! » C'est à la limite de la mauvaise foi. Qui sera imputable ? Qui décidera du programme si cette équipe n'a pas de membres pouvant discuter des enjeux et voter sur les priorités ? Ils doivent choisir : soit ils forment un parti et l'assument pleinement. Soit ils sont des indépendants. Dans ce cas, ils continueront à refuser de passer le test des assemblées d'investiture, à éviter de soumettre leur programme au vote des membres. Ils se présenteraient chacun de leur côté sans tenter de nous faire croire qu'un non-parti qui n'est imputable qu'à eux est mieux qu'un parti pleinement assumé qui accepte de jouer le jeu des règles démocratiques.
Pierre Lebel, Gatineau
Pour une seule école !
Bravo à Paul-François Sylvestre pour sa belle contribution, « L'école publique pour tous en Ontario » (Le Droit, 9 février). Il est grand temps que nos politiciens démontrent du courage et mettent fin à ce clivage de la communauté franco-ontarienne.
Maurice Glaude, Ottawa
***
La question du jour
Postes Canada : le fédéral doit-il revenir à la livraison à domicile pour tous, ou arrêter toute installation des boîtes de livraison ?
Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com