À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.
Les pédophiles
Je me surprends de la vitesse avec laquelle on condamne Claude Jutra, alors que l'Église met en résidence surveillée les prêtres accusés de pédophilie, achète le silence des victimes ou crée un tribunal religieux qui permet de soustraire les accusés à la justice civile.
Et la société ne lève pas le petit doigt pour condamner cela...
Les gouvernements ont-ils si peur des religions qu'ils acceptent en silence qu'on bafoue leurs lois civiles?
Normand Rousseau, Gatineau
Les bus et la neige
À la suite des chutes de neige record du 16 février, pourquoi le transport scolaire d'Ottawa et de l'Est ontarien était annulé, et pas celui à Gatineau?
Comme chauffeur d'autobus, je crois que si les commissions scolaires avaient réellement eu la sécurité des enfants à coeur, elles n'auraient pas hésité un seul instant à annuler le transport. Cette tempête avait été annoncée plusieurs jours à l'avance et les autorités scolaires avaient amplement le temps d'être mises au courant.
J'espère de tout coeur que nous n'aurons pas à revivre une telle situation.
Gérald Montreuil, Cantley
L'avenir de Boivin
Je vais écouter agréablement les propos de Françoise Boivin au 104,7 FM, sans conteste. Par contre, je la vois bien plus à la mairie de Gatineau pour nous remettre enfin sur la mappe.
Benoît Beaulne, Gatineau
Juste plus photogénique
Comment dilapider 50 000$ en taxes municipales? Facile, donnez-le à un organisme sans but lucratif qui vous dira comment revitaliser un centre-ville qui est en revitalisation depuis plus de 20 ans.
Quand les élus cesseront-ils de dilapider nos taxes pour des études bidon au lieu de prendre des décisions?
Je croyais que Maxime Pedneaud-Jobin était différent de son prédécesseur. Mais il est plus photogénique, c'est tout.
Yves L. Durand, Gatineau
La numérotation de la 50
Les commentaires des correspondants André Dorion et Luc Robert au sujet de l'autoroute 50 («Une 50 innommable» et «Une dépense inutile», 15 et 16 février) sont tout à fait pertinents.
Cette autoroute qui n'en est pas une devrait être conforme au système de numérotation des routes en vigueur au Québec. Selon cette norme, depuis Hull, l'autoroute 50 se termine à Buckingham. Jusqu'à l'aéroport fantôme de Mirabel, il s'agit d'une route à accès limité, mais à double sens qui devrait porter le numéro 150.
Nos députés rendraient un grand service à l'Outaouais en demandant à Transport Québec de signaler la fin de l'autoroute à l'endroit approprié et le début d'une route à compléter qui portera le numéro différent (150 ou 138B par exemple). Ce geste logique et concret aurait plusieurs avantages dont celui de rappeler à la population et à Québec tout le travail qu'il reste à faire.
S'il a fallu 40 ans pour obtenir ce premier tiers, commençons maintenant à réclamer les deux tiers à compléter si nous voulons que nos petits-enfants en profitent avant de devenir inaptes à conduire.
Gérard Laurin, Gatineau
Formation de la jeunesse
Félicitations à la Chambre de commerce de la Petite-Nation et au Regroupement des gens d'affaires de la Basse-Lièvre qui collaborent à la mise sur pied de stages offerts aux jeunes en préparation au marché du travail.
Cette contribution constructive motivera tous ces jeunes et à a faire valoir tout leur potentiel.
Raymond Ménard, Plaisance
La traduction par logiciel
Quand se réveillera-t-on pour faire comprendre aux multinationales et au gouvernement du Canada que le service en français passe par une traduction qui tient compte de la richesse du vocabulaire québécois? Particulièrement quand il est question de sujets propres à la culture nord-américaine et que les traducteurs électroniques ne font que me faire rager devant des âneries telles «battes de baseball» de «patates hachées brunes», etc.?
Il est temps que les traducteurs s'insurgent contre ces idioties, à Jean-Paul Perreault d'Impératif français de commenter et mes anciens collègues enseignants d'en parler pour faire prendre conscience à la génération qui monte du danger de la nouvelle politique du fédéral.
Marc Mercier, Gatineau
Pipeline et énergies vertes
Mon frère arrive d'une petite ville au nord d'Edmonton. Il s'est fait expulser d'un bar pour avoir osé parler d'emplois et de sables bitumineux Le sujet est délicat. En Alberta, les gens perdent leurs jobs. Au Québec, on s'oppose aux sables bitumineux. Merci à Stephen Harper d'avoir divisé mon beau pays.
Maintenant, il est temps d'investir dans la création d'emplois dans les secteurs d'énergies renouvelables. Oublions les pipelines. Justin Trudeau a l'opportunité de faire du Canada un leader en matière d'emplois et d'énergies vertes pour tous les Canadiens.
C'est une question d'avenir, et peut-être même de survie.
Guy Dostaler, Val-des-Monts
Chemin de campagne
La route 50, que j'appellerais aujourd'hui le chemin McMillan, est une vraie route de campagne.
Pourrait-on obliger les chers députés libéraux à l'utiliser pour aller prendre l'avion à Montréal? Ça contribuerait à augmenter le nombre critique de voitures utilisant cette route.
Au passage, ils pourraient saluer l'aéroport Mirabel, qu'ils laissent démolir par leur manque de vision.
Jean Frenette, Gatineau