À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Bravo au journal Le Droit

Ces derniers temps, on parle beaucoup des difficultés des médias écrits et de l’importance de préserver les médias locaux. 

La suite d’articles du journal Le Droit sur les allumettières montre bien le rôle primordial que peuvent jouer les médias locaux. Je suis natif de Hull et je croyais en savoir pas mal sur ce pan de l’histoire de la région. Les articles passionnants qui ont été publiés sur les allumettières ont illustré les détails de la vie difficile de ces ouvrières. Bravo à Kathleen Durocher, étudiante au doctorat en histoire à l’Université d’Ottawa, pour son superbe travail et pour nous aider à préserver la mémoire collective de la région.

Michel Bélanger, Gatineau

Mi-saison désastreuse !

On en est rendu a se demander si le but de cette saison misérable des « Alain-piques » est de finir bon dernier pour avoir le plus de boules possibles dans le boulier lors du prochain repêchage, pour valoriser ses choix de première ronde. Si c’est le cas, dites-le-nous tout de suite et nous, les 300 fans qui restent, ne reviendrons que l’année prochaine. Je prie pour que les actionnaires prennent la bonne décision et embauchent un vrai gars de hockey aux opérations.

Ça urge ! 

Sinon, vous devrez vivre avec les conséquences. Un des 300 fans qui rêvent au retour de l’excellence des vrais Olympiques où, en tant qu’équipe, l’égo d’un seul homme n’a pas sa place.

Yves Gosselin, Gatineau

Pas une loi honteuse

Merci aux gens de tout acabit de contribuer au dialogue sur notre loi concernant la laïcité. Faut juste lire et bien comprendre l’essence de cette loi avant de la commenter de façon irréfléchie en la taxant d’idiote et de honteuse. Un peu de respect, je vous prie ! Quiconque peut fêter sa foi en public au Québec, et ce, toutes religions confondues. On établit juste un minimum d’encadrement dans certaines circonstances bien spécifiques, sans plus. On ne se laissera pas passer un autre sapin sans broncher !

Benoît Beaulne, Gatineau

***

La question du jour :

De quelle manière pourrait-on honorer la mémoire des allumettières?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com