À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.
Que trois heures d'attente !
Wow ! Trois heures d'attente pour consulter un médecin à l'urgence... en Ontario. Quel bon service !
Au Québec, c'est de 10 à 12 heures minimum. Budget oblige... tout l'argent est peut-être versé aux médecins ?
Jean-Guy Dansereau, Plaisance

Apprendre de l'Ontario
Bravo au ministère de l'Éducation du Québec qui va voir ce qui se passe en Ontario en matière de réussite scolaire au secondaire.
J'invite le recteur de l'UQO Denis Harrisson, le ministre de la Santé Gaétan Barrette et le premier ministre Philippe Couillard à faire de même pour régler le dossier lancinant d'une future école de médecine en Outaouais.
L'UQO dispose d'une école de médecine et d'un centre de recherche établis (l'Université d'Ottawa), de classe mondiale, à 10 km de son campus. De quoi former des médecins pour une population qui en a largement besoin.
J'entends les objections des instances en place, mais la situation de l'Outaouais vient largement les contrer, non ?
Nicole C. Beauchamp, Ottawa
Un front commun
Le correspondant Guy Lecavalier suggérait une enquête publique sur la Société de transport de l'Outaouais (Le Droit, 4 novembre). Je suis content de voir que je ne suis pas le seul à réaliser qu'il y a quelque chose qui ne tourne pas rond à la STO.
Je partage aussi le bilan de l'éditorial La STO, grosse vache sacrée (Le Droit, 29 octobre). Comme M. Lecavalier, j'ai tenté d'obtenir cette enquête auprès de ma conseillère municipale Mireille Apollon. Ne la jugeant pas nécessaire, elle a référé à un dirigeant de la STO. Il a paru plutôt agacé de me fournir des explications, préférant dire « Dis-moi ce que tu veux » et « Pose-moi tes questions ».
J'ai aussi réalisé que les citoyens, « la vache à lait » doivent se mobiliser autour d'un front commun de citoyens concernés par les augmentations de budget faramineuses de la STO pour couvrir des dépenses tout aussi astronomiques qui ne sont peut-être pas si nécessaires.
Les contribuables gatinois paient déjà beaucoup pour un transport en commun qui n'est pas distribué équitablement sur l'ensemble du territoire.
Georges-Henri LaFrance, Gatineau
***
La question du jour
La Ville d'Ottawa permettra la consommation d'alcool sur certaines rues et trottoirs en 2017. Qu'en pensez-vous?
Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com