Pierre Jury

Tout le poids sur François Legault

ÉDITORIAL / En avant dans les sondages depuis près d’un an, François Legault a dû mal prendre celui de la maison CROP, hier, qui le place... loin derrière le Parti libéral du Québec !

Selon ce coup de sonde, le PLQ serait en avance 37-30 sur la Coalition avenir Québec, après répartition des indécis. Le Parti québécois et Québec solidaire ferment la marche à 16 et 14 %.

L'actualité sous la plume de Bado

L'actualité sous la plume de Bado
Bado

Votre opinion

Les modifications au Règlement sur les langues officielles

Le gouvernement du Canada a annoncé une révision du Règlement sur les langues officielles afin que la prestation de services gouvernementaux soit conforme aux besoins et réalités linguistiques canadiennes.

Cette réforme du Règlement est essentielle afin de tenir compte des changements dans la société canadienne et des obligations du gouvernement de remplir ses obligations dans le cadre de la dualité linguistique et les obligations législatives et constitutionnelles.

Votre opinion

Journée de l’Alzheimer : une réflexion en cette période électorale

OPINION / La Journée mondiale de la maladie d’Alzheimer, au-delà de la sensibilisation, oblige à marquer un temps d’arrêt. D’abord pour constater l’état d’avancement de la recherche, mais surtout pour réfléchir à la réalité des personnes touchées. Car si la maladie frappe directement plus de 140 000 Québécois, elle affecte également et profondément leurs familles et leurs proches.

Prendre soin d’une personne en perte d’autonomie demande une large part de sacrifices, car les défis sont innombrables sur les plans émotif, physique, monétaire et logistique. Pendant un moment, combien de ces aidants souhaiteraient prendre un bref, mais nécessaire repos pour recharger leurs batteries ?

Votre opinion

À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Bravo au Droit Famille

Félicitations pour votre magazine Le Droit Famille. J’ai beaucoup apprécié cette première parution au contenu 100% régional. Les sujets étaient variés et fort intéressants. Je l’ai lu en entier et j’attends le prochain avec impatience. Bravo encore une fois.

Rachel Vanasse, Gatineau

Point de vue

Le régime public de soins dentaires importe-t-il?

À la veille du dernier débat de la campagne électorale 2018, nous invitons les chefs des partis politiques qui aspirent aux plus hautes fonctions de l’État à se prononcer sur leur vision du régime public de soins dentaires, lequel a permis d’améliorer considérablement la santé buccodentaire des Québécois depuis les années 70.

Malheureusement, les réductions successives des services couverts par le régime et le refus systématique des gouvernements de tenir compte de l’évolution des technologies en dentisterie font que ce régime, déjà bien mince, est maintenant désuet.

Or, le contrat du gouvernement avec les dentistes couvrant les soins donnés aux enfants de moins de 10 ans et aux prestataires d’une aide financière de dernier recours et les personnes à leur charge est échu depuis le 1er avril 2015. Cela signifie que, pendant les trois dernières années, le gouvernement n’a pas considéré que le régime public de soins dentaires était suffisamment important pour renouveler cette entente.

Depuis 2015, le gouvernement n’a fait aucune proposition pour améliorer la couverture et la qualité des services. Il est pour le moins ironique que le Parti libéral du Québec propose maintenant de bonifier le régime actuel en couvrant les enfants de 16 ans et moins et les aînés à faible revenu, alors qu’il a rejeté du revers de la main toutes les demandes proposées par l’ACDQ.

Outre Québec Solidaire, qui propose une couverture universelle des soins dentaires, le silence du Parti québécois et de la Coalition Avenir Québec est inquiétant pour les parents, les aînés et les plus démunis. La présente élection doit être pour tous les partis l’occasion d’exprimer clairement leurs intentions quant à la couverture et au financement des soins buccodentaires. Ils répondraient ainsi à une préoccupation majeure des électeurs et électrices.

Depuis toujours, les partis politiques prennent des engagements en campagne électorale. Cependant, depuis 1982, la couverture des soins dentaires n’a pas cessé de s’effriter. Prenons l’exemple de la prévention, non couverte pour les enfants de moins de 10 ans assurés par le régime, alors que nous savons qu’elle peut diminuer les coûts et améliorer la santé buccodentaire. Est-ce que, au-delà de la rhétorique électorale, la santé buccodentaire des Québécois est importante pour nos politiciens?

Pour la santé buccodentaire des Québécois et l’avenir du régime public, nous invitons nos politiciens à répondre «présents!».

Serge Langlois, président de l’Association des chirurgiens dentistes du Québec

Éditorial

Un autre devoir bâclé

ÉDITORIAL / François Legault et la Coalition avenir Québec ont démontré qu’ils étaient loin de maîtriser les tenants et aboutissants du dossier de l’immigration. Il semble en être de même avec un autre projet cher au chef de la CAQ, l’implantation de maternelles 4 ans partout au Québec.

Au premier débat des chefs, Philippe Couillard a accusé François Legault d’être brouillon en la matière. «Avec vous, l’ambition rime souvent avec brouillon», a lancé le chef libéral, soutenant que la CAQ sous-estime le coût de cet engagement du simple au double. Les autres formations émettent aussi des doutes sur le réalisme et la justesse de la promesse caquiste, étant donné le manque de personnel et de locaux dans les écoles, et l’existence des centres de la petite enfance. 

C’est une chose quand la critique vient des adversaires politiques. C’en est une autre lorsque les réserves proviennent de spécialistes à l’extérieur de l’arène politique. 

«La maternelle 4 ans pour tous. Une mauvaise affaire pour tous». C’est le titre d’une lettre publiée mardi dans La Presse et signée par Nathalie Bigras, directrice de l’équipe de recherche qualité des contextes éducatifs de la petite enfance de l’UQAM, et neuf autres professeurs du réseau de l’Université du Québec, de l’Université Laval et de l’Université de Montréal.

Que soutiennent les auteurs? Que la formation politique et son chef tiennent peu compte des grandes tendances dans la littérature scientifique. Selon eux, «la majorité des études européennes et nord-américaines arrivent à la conclusion que les enfants plus jeunes à leur arrivée dans le réseau scolaire éprouvent davantage de difficultés que les plus âgés au moins durant les premières années du primaire». 

Ce n’est pas la première fois que la CAQ manifeste peu d’intérêt pour la science.

Les députés Éric Caire et Geneviève Guilbault défendent des modèles de services de garde même si ceux-ci sont jugés de moindre qualité par des chercheurs. 

Les professeurs font également référence aux modèles souvent cités en éducation, ceux de la Finlande et de l’Ontario. Ils notent que «l’école finlandaise, une des plus performantes du monde, favorise davantage l’apprentissage par le jeu jusqu’à 6 ans plutôt qu’une scolarisation précoce».

À propos de l’Ontario, ils soulignent que la réforme menée chez notre voisin ne se résume pas à la maternelle 4 ans à temps plein. Il faudrait donc éviter d’y attribuer les progrès réalisés ces dernières années. 

Ils s’interrogent aussi sur les coûts que devront assumer la société et les parents, de même que sur la réorganisation que nécessitera d’envoyer un enfant à l’école plutôt qu’au CPE. «Les CPE sont ouverts 261 jours par année jusqu’à 18h. L’école : 182 jours jusqu’à 15h».

Les signataires rappellent de plus que l’Ontario ne possède pas de services éducatifs à la petite enfance de qualité, comme les CPE. Une remarque déjà formulée au Journal de Montréal par l’ex-première ministre ontarienne Kathleen Wynne. 

Tous s’endentent sur la nécessité d’agir tôt. Mais au lieu de tout miser sur la maternelle parce qu’une fraction des 82 000 enfants de 4 ans vont dans un CPE, un gouvernement caquiste devrait d’abord se soucier de bonifier tous les services de garde. 

La CAQ prévoit certes un programme de dépistage précoce des troubles d’apprentissage pour les 0 à 5 ans. Très bien. Mais il faut aussi compter sur du personnel qualifié dans les services de garde pour les repérer et les diriger vers les équipes spécialisées d’évaluation et d’intervention dans le réseau de la santé.

Difficile de croire qu’en quelques minutes, l’infirmière responsable de la vaccination et le médecin de famille dépisteront tout. 

Votre opinion

À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Hommage à Jacques De Courville Nicol

Le 31 août dernier, Jacques De Courville Nicol, ardent défenseur de la cause franco-ontarienne, nous quittait. Toute sa vie, Jacques a travaillé non seulement à l’avancement de la langue française, mais aussi à l’avancement des arts et de la culture franco-ontarienne. C’est en grande partie à Jacques que nous devons la survie de la Concentration Arts De La Salle, programme de formation artistique spécialisé de niveau secondaire pour les jeunes adolescentes et adolescents franco-ontariens. Grâce à la Fondation ARTES, dont il a été le président pendant plusieurs années, il a veillé au grain et a permis au Centre de traverser les moments les plus difficiles. C’est d’ailleurs lui qui a été l’instigateur du changement de nom de la Concentration Arts De La Salle pour le « Centre d’excellence artistique », maintenant reconnu comme « Le Centre d’excellence artistique de l’Ontario ». Les anciens du Centre qui sont devenus artistes professionnels et ceux qui y sont présentement inscrits lui doivent beaucoup. Nous retiendrons de Jacques De Courville Nicol, son engagement, son dévouement, sa ténacité à défendre les causes qui lui tenaient à cœur et sa contagieuse joie de vivre. Il va beaucoup nous manquer.

Jean-Claude Bergeron, Ottawa, fondateur du Centre d’excellence artistique de l’Ontario

Votre opinion

Ours en milieu urbain: évitable?

OPINION / Dans les deux dernières semaines, les ours se sont retrouvés fréquemment dans les nouvelles et, durant cette période, leur présence a été signalée plus de 60 fois auprès des autorités de la région. Alors que dans plusieurs cas, ils n’ont pas été repérés par les services de police de la Ville de Gatineau, dans d’autres, ils ont pu être capturés puis libérés en nature. Toutefois, par malchance, un de ces ursidés a dû être abattu après avoir reçu des blessures sévères des suites d’une collision avec une voiture.

Les ours génèrent tout un émoi en ville, alors qu’un terrain de golf a été évacué pendant plusieurs heures et des mesures de sécurité préventives instaurées dans les écoles. De plus, de nombreux avis ont été émis pour limiter les risques de conflit entre les citoyens et les ursidés.

Votre opinion

Message à un futur immigrant

OPINION / Cher futur immigrant, Je me permets de t’informer de la situation au Québec. Tu ne le sais certainement pas, mais figure-toi que tu es présentement la star ici. On ne parle que de toi. À la télé, à la radio, dans les médias sociaux tu es le principal sujet. Tout le monde veut t’accueillir dans les meilleures conditions. Sais-tu que lors du débat des chefs, un point t’était spécialement réservé? Ils ont tous fait le même constat, les conditions optimales ne sont pas réunies pour t’accueillir.

Ne t’en fais pas, ils ont tous fait des vœux pieux et dans quatre ans, ils vont les renouveler.