Contenu commandité

Mission [+]

Mission [+], c’est pour vous!

Ayant pour mission le rayonnement des régions du Québec à travers nos six quotidiens, c’est avec fierté que Groupe Capitales Médias lance la première édition de Mission [+].

Avec Mission [+], nous offrirons, grâce à l’intervention de partenaires qui partagent notre passion des régions, un regard dynamique sur l’ensemble de nos communautés. Pour ce lancement, ce sont les quelque 400 musées, bien établis partout au Québec et dans la région ­d’Ottawa, qui ont répondu avec empressement à notre invitation.

Comme nous, les institutions muséales, des plus petites aux plus grandes, sont bien enracinées dans leur milieu. Les musées sont notamment le reflet du dynamisme culturel, social, économique et communautaire de l’ensemble des régions en plus d’afficher fièrement leur appartenance. 

Les responsables de plusieurs dizaines de musées, ainsi que plusieurs équipes dans chacun de vos quotidiens, ont mis l’épaule à la roue pour réaliser cet ambitieux projet. Cette belle collaboration est d’ores et déjà garante d’un beau succès.

D’autres projets sont dans nos cartons. C’est pour vous que nous avons fait celui-ci, et c’est dans cet état d’esprit que nous en ferons d’autres.

Bonne lecture, et pourquoi ne pas ajouter une visite très bientôt dans l’un ou l’autre de nos musées !

Martin Cauchon,
Président exécutif
Groupe Capitales Médias

Mission [+]

Musées au Québec: un réseau de plus de 400 musées partout en province

Le Québec est très riche en musées. On en trouve plus de 400 répartis dans toutes les régions de la province. Quand on parle de musées, il faut plutôt employer le terme institutions muséales qui regroupe trois grandes catégories; les musées, les centres d’exposition et les lieux d’interprétation.

«J’aime emprunter aux Américains cette phrase, qui mentionne que les musées c’est From Art To Zoo. En effet, les musées touchent à de nombreux aspects de l’art jusqu’au zoo. Eh oui ! Les jardins zoologiques sont aussi des institutions muséales parce qu’ils ont une collection vivante. Des sites comme le Zoo sauvage de Saint-Félicien, le Biodôme, le musée du Fjord et l’Insectarium de Montréal sont des institutions muséales. C’est très varié, ce que nous trouvons dans nos institutions. Il y a de l’art, de l’histoire, des sciences, de l’ethnologie, de la culture autochtone et bien d’autres», exprime le directeur général de la Société des musées du Québec, Stéphane Chagnon.

MISSION [+]

Défis et enjeux pour les musées: manque de financement et problématique de main-d’œuvre

Bien que l’achalandage des institutions muséales en 2017 soit très encourageant, les quelque 400 établissements doivent composer avec des enjeux importants: un manque de financement et de main-d’œuvre.

Pour ce qui est du financement, la majorité des musées doivent composer avec les revenus générés par les entrées. Ces revenus autonomes ne sont souvent pas suffisants pour assurer la rentabilité. «On sent un désengagement des gouvernements dans le financement de nos institutions. Les subventions sont à la baisse. C’est plus difficile pour les petites institutions de quelques employés. Ils doivent passer beaucoup de temps dans la recherche de financement gouvernemental, privé ou philan­thropique. Ça demande beaucoup d’énergie et, pendant ce temps, le directeur ou l’équipe ne ­travaille pas au développement du musée et de nouvelles ­expositions», expose Stéphane Chagnon, directeur général de la Société des musées du Québec.

On compte environ une centaine d’institutions muséales dans la province, qui reçoit un budget de fonctionnement de la part du ministère de la Culture du Québec, dont les grands musées d’État. 

MISSION [+]

Les nouvelles tendances numériques: les innovations ouvrent de grandes possibilités aux musées

Le virage numérique s’installe dans les musées du Québec et devrait prendre encore plus de place au cours des prochaines années.

Les expériences immersives, les activités multisensorielles, la réalité virtuelle et autres nouveautés basées sur l’innovation numérique vont permettre d’offrir aux visiteurs un aspect très ludique tout en continuant à partager des connaissances et de l’information.

«Les musées qui traitent de la science sont très populaires au Québec et ils sont de magnifiques laboratoires pour proposer des expositions qui abordent des sujets complexes. En utilisant bien l’innovation numérique, il est souvent plus facile d’imager les concepts tout en faisant vivre des émotions aux visiteurs», mentionne le directeur général de la Société des musées du Québec, Stéphane Chagnon.

«Il n’y a pas de limite avec le numérique. Par contre, ça prend de l’argent pour l’intégrer dans nos institutions. À quand une visite virtuelle d’un musée d’art à partir de la maison en ayant des lunettes de réalité virtuelle? Déjà, au Musée de la Gaspésie, on propose une expérience immersive aux visiteurs en les assoyant dans une barque et en leur faisant vivre la pêche comme à l’époque», donne-t-il comme exemple.

Activités audacieuses

Aussi, les musées ouvrent leurs portes en proposant des activités audacieuses comme des nuits blanches, des soirées avec DJ, des soirées réseautage. Il s’agit d’une manière d’attirer les milléniaux dans leurs murs et leur faire découvrir «ce qui se cache dans les musées» sans le dénaturer.

Les institutions, en diversifiant leur offre, vont attirer plus de clientèle. Elles peuvent même devenir des compléments au système scolaire avec des programmes éducatifs arrimés avec ceux des écoles. «Nos institutions sont des courroies de transmission de connaissances scientifiques, historiques, patrimoniales et artistiques qui ont une très grande force de vulgarisation, car elles sont en mesure de  présenter de véritables objets authentiques. Ils sont des vecteurs importants pour mieux comprendre certains phénomènes, notre histoire, notre monde», affirme-t-il.

Finalement, Stéphane Chagnon estime qu’il y a de la place pour d’autres institutions, dont un musée d’État de science et de technologie et une institution muséale sur les arts vivants comme le cirque.

MISSION [+]

Trouver des solutions pour conserver le patrimoine religieux et industriel

La Société des musées du Québec considère important, voire urgent, de s’occuper du patrimoine religieux et industriel.

«Le Québec dispose d’un programme pour les églises et les orgues, mais il n’y a rien pour les différents objets ou œuvres d’art qui se trouvent dans les églises. Il y a des choses de très grandes valeur patrimoniale qui ne sont pas conservées et qui se retrouvent sur le marché, les antiquaires ou les brocanteurs. C’est triste. Nous vivons également une autre problématique, il y a des musées religieux qui ferment et leur collection est vendue
et non conservée», expose Stéphane Chagnon, directeur général de l’organisme.

La même situation se prévaut pour le patrimoine industriel. «Il y a des secteurs d’activités importants de notre histoire qui se retrouvent dans les activités industrielles, mais pour ce secteur, c’est également difficile de conserver ce qui est jugé patrimonial», soulève-t-il. 

Un inventaire du patrimoine industriel a été réalisé par l’Association québécoise pour le patrimoine industriel afin de déterminer des sites et des bâtiments incontournables du patrimoine industriel du Québec. La difficulté entourant le financement pour la conservation de bâtiments ou d’équipements reste entière.

Par ailleurs, la problématique de conservation d’œuvres et d’objets se fait sentir dans plusieurs musées au Québec. Les musées manquent d’espace dans leurs réserves pour entreposer et maintenir dans de bonnes conditions leurs collections. Comme les aides gouvernementales ont diminué pour les musées, il est difficile pour les institutions de financer un agrandissement de leur réserve.

Mission [+]

Musées du Québec: attirer les milléniaux

Au cours des prochaines années, les musées du Québec devront s’attaquer à attirer davantage les milléniaux dans leurs institutions.

«Le défi est de fidéliser les 18-35 ans. Il faut les rejoindre et leur proposer des expositions ou des thèmes qui les interpellent. Nos institutions doivent donc innover et développer des expositions ludiques pour attirer cette clientèle particulière. C’est aussi notre rôle de démystifier l’ensemble de nos institutions, les faire connaître. Certains pensent encore que les musées, c’est seulement de l’art avec des tableaux. C’est beaucoup plus que ça, mentionne le directeur général de la Société des musées du Québec», Stéphane Chagnon.

Les musées doivent donc innover et proposer des expériences ludiques en utilisant les possibilités liées aux nouvelles technologies. Le tout doit se faire sans dénaturer la mission première des institutions muséales dans son rôle d’éducation et de préservation de la culture et du patrimoine québécois pour les générations futures.

«Notre force, c’est l’authenticité! Oui, les gens cherchent l’effet WOW! Il faut s’en inspirer pour être attirant. Nous proposons des choses concrètes. Pour un jeune, visiter ou toucher des ruines ou voir de véritables objets historiques, c’est unique et stimulant. Voir un tableau ou une sculpture en personne, ça permet d’avoir une réaction esthétique. C’est important pour nous de promouvoir cette authenticité», déclare-t-il.

Mission [+] Musées

Les musées membres de la Société des musées du Québec

ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

  • Centre d’art Rotary
  • Centre d’exposition d’Amos
  • Centre d’exposition de Val-d’Or
  • Centre d’interprétation de la foresterie
  • Cité de l’Or – Village minier de Bourlamaque – Noranda
  • Église orthodoxe russe Saint-Georges de Rouyn
  • Fossilarium de Notre-Dame-du-Nord
  • Galerie du Rift
  • La Maison Dumulon
  • Le Vieux-Palais
  • L‘École du Rang II d ‘Authier
  • Lieu historique national du Fort-Témiscamingue
  • MA – Musée d‘art
  • Musée de Guérin
  • Musée minéralogique de l‘Abitibi-Témiscamingue
  • Site historique T.E. Draper
  • Aménagement Robert-Bourassa

BAS-SAINT-LAURENT

  • ASTER - Organisme d’interprétation scientifique 
  • Centre d’art de Kamouraska
  • Fort Ingall/Société d’Histoire et d’Archéologie du Témiscouata
  • Maison Chapais
  • Manoir seigneurial Fraser
  • Musée du Bas-Saint-Laurent
  • Musée du squelette
  • Musée du Témiscouata
  • Musée québécois de l’agriculture et de l’alimentation
  • Musée régional de Kamouraska
  • Musée régional de Rimouski
  • Site historique de la Maison Lamontagne
  • Station exploratoire du Saint-Laurent

CANTONS-DE-L’EST

  • ASTROLab du parc national du Mont-Mégantic
  • Centre culturel et du patrimoine Uplands
  • Centre d’interprétation de la nature du lac Boivin
  • Centre d’interprétation de l’ardoise
  • Galerie d’art du Centre culturel de l’Université de Sherbrooke
  • Galerie d’art Foreman de l’Université Bishop’s
  • La Société d’histoire de Sherbrooke
  • Lieu historique national Louis-S.-St-Laurent
  • Maison Merry – Lieu de mémoire citoyen de Magog
  • Musée Beaulne
  • Musée Bruck
  • Musée Colby-Curtis
  • Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke
  • Musée de la pêche à la mouche du Canada
  • Musée de l’ingéniosité J. Armand Bombardier
  • Musée des beaux-arts de Sherbrooke
  • Musée historique du comté de Brome
  • Musée international d’art naïf de Magog
  • Musée Missisquoi
  • Parc historique de la Poudrière de Windsor
  • Société d’histoire et du musée de Lennoxville-Ascot

CENTRE-DU-QUÉBEC 

  • Centre de la Biodiversité du Québec
  • Galerie d’art Desjardins
  • Maison et atelier Rodolphe-Duguay
  • Moulin Michel de Gentilly
  • Musée des Abénakis
  • Musée des religions du monde
  • Musée du Bronze d’Inverness
  • Musée Laurier
  • Musée National de la Photographie

CHARLEVOIX 

  • Espace muséal des Petites Franciscaines de Marie
  • Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul
  • Musée de Charlevoix
  • Musée maritime de Charlevoix

Des musées pour tous les goûts

Hydro-Québec: un été électrisant? C’est ici et gratuit !

Saviez-vous qu’il est possible de visiter gratuitement 14 installations d’Hydro-Québec partout dans la province?

Il faut voir les 14 installations – centrales, centres d’interprétation et barrages – comme 14 chapitres d’un grand livre sur l’évolution économique du Québec. «En fait, chaque centrale résume une page de l’histoire de l’électricité»,  affirme Sylvie Laneuville, muséologue et historienne à Hydro-Québec. Les installations possèdent un centre d’interprétation et offrent des visites guidées. Les guides expliquent comment l’électricité est produite et se rend à la maison. Ils mettent aussi en contexte les étapes de construction et les choix architecturaux et font un lien avec l’environnement immédiat. Une visite s’impose et, ­surtout, amenez les enfants! 

L’Électrium: le centre scientifique

«L’Électrium, c’est notre centre d’interprétation le plus expérimental et scientifique», précise Sylvie Laneuville. Les visiteurs se familiarisent avec les multiples facettes de l’électricité, par exemple la tension, les circuits électriques et les champs magnétiques. La façon d’apprendre est ludique, interactive et imagée. Les enfants et les ados vont craquer pour l’anguille électrique, qui produit elle aussi de l’électricité, et le générateur de Van de Graaff dont les 400 000 volts d’électricité statique font dresser les cheveux sur la tête ! De plus, tous les lundis de l’été, des ateliers d’initiation aux sciences sont offerts gratuitement.

2001, rue Michael-Faraday
Sainte-Julie (Québec)

Centrale de Beauharnois: la vénérable 

La centrale de Beauharnois figure au rang des lieux historiques nationaux. Construite en trois phases, elle est la plus longue des instal­lations avec ses 36 groupes ­turbines-alternateurs alignés sur un kilomètre. C’est aussi la centrale au fil de l’eau la plus puissante d’Hydro-Québec. Maintes fois primée, son architecture art déco témoigne des années 1920 et d’une époque où l’électricité était une énergie de luxe. Aussi esthétique qu’élégant, le style art déco s’est imposé tout naturellement. «C’était dans l’air du temps», souligne Sylvie Laneuville. Le canal – 1 km de large par 24 km de long  – a été construit au pic et à la pelle de 1929 à 1932. Il est encore utilisé aujourd’hui pour joindre la voie maritime du Saint-Laurent.  

80, boul. de Melocheville
Beauharnois (Québec)

Saguenay–Lac-Saint-Jean

Moulin des Pionniers

Le Moulin des Pionniers, bâtiment érigé en 1889, est le seul moulin datant de cette époque encore en fonction au Québec. Visiter ce lieu, c’est faire un retour dans le temps.

Des personnages d’époque veillent à l’animation du site et font découvrir aux visiteurs les éléments les plus importants: le moulin, l’atelier mécanique Félix Trottier, la chapelle des Pionniers, la tour du garde-feu, le barrage du moulin, la petite ferme et ses animaux et, bien sûr, la fameuse Forêt enchantée. 

À ces activités s’ajoute un service de restauration à saveur locale. La Maison de Marie propose aux vacanciers une cuisine typi­quement régionale des plus savoureuses. 

Le Moulin des Pionniers de La Doré est ouvert du 9 juin au 16 septembre.

MOULIN DES PIONNIERS
La Doré
418 256-8242
www.moulindespionniers.com

Saguenay–Lac-Saint-Jean

L’Odyssée des Bâtisseurs

Situé dans la ville d’Alma, au cœur même du Saguenay–Lac-Saint-Jean, l’Odyssée des Bâtisseurs invite ses visiteurs à découvrir le riche patrimoine de son territoire.

Le développement industriel de la région passant principalement par son hydrographie, ce sont des expositions et des activités axées sur l’eau, sa puissance, son exploitation et les possibilités extraordinaires qu’elle offre, que l’on prend plaisir à y découvrir. À l’exposition permanente Au-delà de l’eau, qui, à l’aide de maquettes, d’une carte géante au sol et de nombreux objets électriques d’époque, raconte l’histoire hydroélectrique du Saguenay–Lac-Saint-Jean, s’ajoutent des expositions temporaires telles que Dans l’œil de Krieber, Une année dans la vie d’Alma et Femmes de papier. Cette dernière exposition, réalisée par Boréalis, propose une incursion dans le quotidien de femmes issues de l’industrie papetière. L’Odyssée des Bâtisseurs, c’est aussi un parcours extérieur comprenant un sentier pédestre d’environ 500 mètres ainsi qu’une piste d’hébertisme, un film multisensoriel 360° présenté dans un château d’eau et autres activités qui sauront ravir petits et grands.