Contenu commandité

Mauricie

Centre d’exposition Léo-Ayotte: bien plus qu’un centre d’exposition

Le Centre d’exposition Léo-Ayotte est bien plus qu’un centre d’exposition. Grâce à une offre de service diversifiée, il participe au rayonnement des arts visuels à Shawinigan, dans la région et à l’extérieur de la Mauricie.

Le Centre d’exposition Léo-Ayotte offre aux visiteurs la chance de découvrir des œuvres de différents artistes en art contemporain. Chaque année, il présente plus de 22 expositions et activités d’artistes professionnels, ainsi que des expositions à caractères scientifique, patrimonial et éducatif.

«Au Centre d’exposition Léo-Ayotte, on propose aux visiteurs de faire une visite personnalisée. Ils apprécient d’ailleurs nos outils de médiation qui fournissent des explications précises et notre accessi­bilité», soutient la muséologue du Centre, Clémence Bélanger.

Développer l’intérêt des jeunes en arts visuels fait partie de la mission du Centre d’exposition Léo-Ayotte. Un programme gratuit et unique en son genre a été créé : Exposcol. Cette formation en arts visuels s’adresse aux élèves du niveau préscolaire jusqu’au collégial. Au menu, les jeunes visiteurs ont droit à des visites guidées de trois à quatre expositions par année, des rencontres d’artistes et des ateliers de création.

Bien plus qu’un simple lieu de diffusion, le Centre  présente chaque année, pendant tout le mois de mars, l’événement Passeport pour... Durant un mois, les visiteurs peuvent découvrir un pays et vivre le dépaysement à travers des ateliers culinaires, des souper thématiques, des rencontres d’artistes professionnels en art contemporain, des ateliers jeunesse, des spectacles, etc. En mars 2019, l’Italie sera à l’honneur.

Mauricie

Récits qui font jaser

Les mordus d’histoire seront comblés cet été avec le regroupement des sites historiques «Récits qui font jaser» qui propose encore cette année des expositions uniques et des activités éducatives dans trois lieux distincts de la Mauricie.

En effet, le Moulin seigneurial de Pointe-du-Lac propose l’exposition Maître meunier qui dévoile le quotidien d’antan et les secrets de la fabrication de la farine, en plus de l’exposition Farine de bois qui explore la scierie adjacente au moulin.

Au Vieux presbytère de Batiscan, il sera possible de découvrir le rôle primordial d’un curé en milieu rural, grâce à une reconstruction historique de la vie du curé Fréchette et de sa ménagère Adéline. Le tout sans oublier le Domaine seigneurial Saint-Anne, qui fera découvrir la fougueuse Madeleine de Verchères, Élizabeth Hale, l’épouse bourgeoise d’un politicien, et l’ancien Premier ministre du Québec, Honoré Mercier, qui ont tous habité l’endroit au cours des trois derniers siècles.

Mauricie

Biennale nationale de sculpture contemporaine

Trois-Rivières brillera au rythme de la sculpture contemporaine cet été. Du 22 juin au 7 septembre 2018, l’exposition «Trajectoire des sens – Art et Science»  est présentée dans neuf lieux distincts à Trois-Rivières, à Victoriaville, à Montréal et à Lévis.

Aux confins du lowtech et du hightech, en pleine révolution technologique, les œuvres sélectionnées donnent l’occasion aux visiteurs de voyager entre matériel et immatériel, faisant jaillir un sentiment d’exalta­tion propice à la création de nouvelles trajectoires de sens et de poésie. 

Les artistes invités sont David Clark d’Halifax, Jean-Pierre Gauthier de Montréal, Matthew Shlian du Michigan, Martin Messier de Montréal, Giorgia Volpe de Québec, Louise Viger de Montréal, Caroline Gagné de Québec, Diane Landry de Québec, Alice Jarry de Montréal, Pierre Landry de Trois-Rivières, Brandon Vickerd de Toronto, Annie Thibault de Gatineau, Béchard Hudon de Montréal, Nathalie Miebach de Boston et José Luis Torres de Montmagny.

Mauricie

Musée Frédéric-Janssoone: un Franciscain au grand cœur

Le Musée Frédéric-Janssoone est l’une des plus vieilles institutions muséales de la Mauricie qui, depuis 80 ans, raconte la vie et l’œuvre de celui qu’on appelle encore le Bon Père Frédéric. C’est toute une époque et sa conception de la pratique religieuse qui sont racontées et expliquées à travers les objets qui y sont présentés.

Le musée a ouvert ses portes en 1938, à la demande de la population qui vouait une profonde dévotion envers cet homme et sa mission. Né dans le nord de la France en 1838, le père Frédéric a d’abord été un remarquable missionnaire de Terre sainte, avant de venir s’établir définitivement à Trois-Rivières en 1888. Témoin du prodige des yeux et cofondateur du Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, véritable marcheur infatigable, il a parcouru les paroisses
du Québec en prêchant et en vendant ses livres, afin de faire connaître Jésus de Nazareth et la Terre sainte.

La vie et l’œuvre du Bon Père Frédéric ont inspiré de grands artistes peintres et sculpteurs, dont Léo Arbour, qui ont utilisé leur art pour représenter les grands moments de la vie de ce père franciscain. Le musée présente plusieurs de ces œuvres ainsi que de nombreux objets ayant appartenu au père Frédéric, autant de témoins de la vie austère et de l’extrême pauvreté de ce disciple de saint François. 

L’écrivain Guy Boulizon a un jour dit du père Frédéric: «Ce Franciscain mériterait d’être le saint patron des organisations de pèlerinages et de tourisme religieux, puisqu’il a attiré les foules vers le sanctuaire du Cap pendant quatorze ans, vers Sainte-Anne-de-Beaupré, vers la Répa­ration et l’Oratoire du Mont-Royal.»

Mauricie

Centre d’exposition Raymond-Lasnier: l’art contemporain démystifié

Démocratiser l’art contemporain et actuel par le biais d’une dizaine d’expositions annuelles, une mission toute simple que propose le Centre d’exposition Raymond-Lasnier depuis maintenant 50 ans. Avec des expositions aussi diversifiées les unes que les autres, ce n’est effectivement pas l’originalité qui manque.

Situé en plein cœur du centre-ville de Trois-Rivières, à la Maison de la culture, le Centre d’exposition Raymond-Lasnier présente une dizaine d’expositions par année en art contemporain et actuel d’artistes professionnels et de la relève. «Notre objectif avec le Centre d’exposition Raymond-Lasnier est de faire connaître le travail des artistes en arts visuels. On tente aussi d’avoir une certaine diversité dans les expositions que l’onprésente, notamment dans les médiums, que ce soit des sculptures, des peintures, des estampes ou des installations», soutient la directrice du Centre d’exposition Raymond-Lasnier, Marie-Andrée Levasseur.

Le Centre d’exposition Raymond-Lasnier a des salles d’exposition aux normes muséologiques qui permettent d’accueillir chaque année des expositions d’artistes de grande envergure. Cette caractéristique en fait d’ailleurs sa renommée auprès du public, mais également auprès des différents lieux d’exposition de la région. 

Mauricie

Boréalis: bien plus qu’un musée

C’est bien connu, la ville de Trois-Rivières a l’industrie papetière tatouée sur le cœur. Mais qu’en est-il de ces milliers de bûcherons, de draveurs et d’ouvriers qui ont donné leur vie pour leur métier? Cette réalité, Boréalis la présente à travers le visage humain de cette industrie.

Situé dans l’ancienne usine de filtration d’eau de la Canadian International Paper (CIP) de Trois-Rivières, Boréalis est bien plus qu’un musée. Que ce soit à travers des témoignages d’anciens ouvriers, par le biais de jeux interactifs ou encore par des activités ludiques, Boréalis permet à tous de vivre une expérience hors du commun. 

«À Boréalis, on s’efforce de faire autrement, de générer des émotions et de mettre l’humain au cœur de tout ce que l’on fait. C’est pourquoi on retrouve ces trois valeurs fondamentales dans toutes nos expositions et activités», souligne la directrice, Valérie Bourgeois.

Pour ce faire, le musée propose de vivre la visite Expérience, qui permet de découvrir la grande aventure des pâtes et papiers au Québec, à travers des thématiques telles que la vie en forêt, le travail en usine, en plus de la construction des quartiers ouvriers. Le tout sans oublier l’atelier de fabrication de papier artisanal et le rallye souterrain dans l’ancien réservoir d’eau, deux éléments incontournables du musée.

«Nous nous devons d’amener le sujet d’une manière dynamique!  On le fait à travers les témoi­gnages d’anciens bûcherons, draveurs et papetiers. À travers leurs yeux, l’histoire est à tout coup plus humaine et anecdo­tique, ce qui complète parfaitement la visite des expositions», mentionne Mme Bourgeois.

Mauricie

Musée POP: place à la culture québécoise

Découvrir la culture québécoise par l’entremise de la bière, du Far West, de l’univers de la bande dessinée et d’une vieille prison, telle est l’expérience qu’offre le Musée POP de Trois-Rivières par le biais de nombreuses expositions à la fois diversifiées et accessibles à tous.

Le Musée POP, anciennement connu sous le nom de Musée québécois de culture populaire de Trois-Rivières, étudie et témoigne de la société québécoise d’hier et d’aujourd’hui. Pour ce faire, il invite les visiteurs à participer activement à l’expérience muséale à travers les différentes expositions. «Les visiteurs du Musée POP peuvent s’attendre à découvrir des expositions dynamiques et audacieuses. La proposition des expositions est tellement variée que c’est presque impossible qu’une personne n’y trouve pas son compte», souligne la responsable des communications, Claire Plourde. 

En nouveauté cet été, le Musée POP présente Autour d’une broue: L’aventure de la bière au Québec, qui raconte l’histoire de la bière au Québec du début de la colonie jusqu’à la récente effervescence des microbrasseries, et Quand Boucar Diouf s’intègre au bois..., une exposition qui présente un corpus de 15 sculptures/jouets en bois inspiré des textes, des contes, des chroniques, des livres et des spectacles de Boucar Diouf. Les expositions Notre Far West, les 50 ans du Festival Western de St-Tite et BDQ : L’art de la bande dessinée québécoise seront également disponibles tout l’été. Le Musée POP est également synonyme d’une visite à la Vieille prison de Trois-Rivières, classée monument historique, qui propose une visite-expérience inoubliable dans l’univers carcéral d’autrefois.

Mauricie

Musée des Ursulines de Trois-Rivières: la vie des Ursulines démystifiée

«Dans les petits pots, les meilleurs onguents», une expression qui décrit bien le Musée des Ursulines de Trois-Rivières. Fort d’une grande richesse historique, ce musée regorge de secrets vécus par ces religieuses et, par le fait même, de toute l’histoire de la ville.

Situé en plein cœur du Vieux-Trois-Rivières, le Musée des Ursulines ne passe pas inaperçu. En effet, l’imposant dôme du monastère des Ursulines attire inévita­blement l’œil des passants par sa beauté et son caractère impressionnant. «Notre marque de commerce est évidemment le monastère et son énorme dôme. Mais lorsque les visiteurs entrent dans la chapelle, ils sont souvent impressionnés par sa hauteur et ils se laissent rapidement imprégner par la splendeur des lieux», avoue la directrice du Musée des Ursulines de Trois-Rivières, Josée Grandmont.

En 1697, la communauté religieuse des Ursulines voit le jour à Trois-Rivières. Plus de 300 ans plus tard, leur réalité intrigue toujours. Afin de mieux comprendre le parcours de ces femmes d’exception, le Musée des Ursulines de Trois-Rivières propose de revivre leur histoire comme si vous y étiez, à travers les deux expositions Grandir au pensionnat et Plus de 300 ans de mémoire vive.

Pour ce faire, l’exposition Grandir au pensionnat propose d’explorer la vie de ces pensionnaires du 18e, 19e et 20e siècles, à travers leurs écrits et leurs souvenirs.  L’exposition Plus de 300 ans de mémoire vive donne, quant à elle, rendez-vous aux petits et grands afin de leur faire découvrir le patrimoine matériel, mémoriel et archivistique de la communauté, par le biais d’une visite guidée des lieux historiques.

Mauricie

Musée Pierre-Boucher: rencontre entre l’art et l’histoire

Un musée où l’art et l’histoire se rencontrent, c’est ce que propose le Musée Pierre-Boucher. Fondé en 1895, le Musée Pierre-Boucher, qui est logé dans l’imposant bâtiment de granit du Séminaire de Trois-Rivières, impressionne par sa collection de plus de 27000 objets et œuvres d’art.

Des œuvres anciennes et contemporaines de peintres de renom tels Antoine Plamondon, Marcelle Ferron, Jordi Bonet, Dominic Besner et autres, ainsi que des objets historiques datant de la Nouvelle-France à aujourd’hui font partie de la vaste collection permanente du Musée Pierre-Boucher.

De plus, le musée présente annuellement dix expositions temporaires gratuites et adaptées pour une clientèle de tout âge, en plus de présenter les expositions permanentes: Maurice L. Duplessis, la Chapelle du Séminaire, Pierre Boucher, une vie au service de la nation et Plus grand que nature

«Dès leur entrée, tous seront impres­sionnés par la beauté architecturale du bâtiment qui abrite le musée. De plus, il est possible de faire un voyage au siècle dernier en visitant la Chapelle et sa sacristie, en plus de découvrir le destin exceptionnel d’un élève du Séminaire qui a marqué l’histoire du Québec, Maurice L.Duplessis», explique le responsable des com­mu­nications du Musée Pierre-Boucher, Serge Désaulniers.

Le Musée présente, du 22 juin au 3 septembre 2018, les expositions 8e Biennale nationale de sculpture contemporaine de Trois-Rivières et Griffés sous influence, 100e anniversaire du Service des Archives du Séminaire. Du 16 septembre au 11 no­vem­bre 2018,  l’exposition Rétros­pective Normand Boisvert, 50 ans de création sera en vedette.

Mauricie

Musée du premier ministre Jean Chrétien: un musée tourné vers l’avenir

Dans un concept unique au Canada, le Musée du premier ministre Jean Chrétien, situé à la Cité de l’énergie de Shawinigan, ne cesse de surprendre par sa vaste collection de plus de 400 cadeaux ayant appartenu à un ancien premier ministre.

Située dans un bâtiment de la Cité de l’énergie de Shawinigan spécialement conçu pour l’exposition Musée du premier ministre Jean Chretien: Le Canada dans le monde, cette exposition permet aux visiteurs d’admirer les quelque 400 cadeaux reçus par Jean Chrétien au cours de ses dix ans à la tête du pays selon quatre thèmes, soit la diplomatie, le commerce, la paix et la sécurité, en plus du développement international. Le musée à dimension historique et pédagogique explore également la politique étrangère du Canada entre 1993 et 2003. 

Ces objets, d’une incroyable diversité, dont chacun raconte une part d’histoire, montrent ainsi la place qu’occupe le Canada dans le monde. Ils constituent une partie visible de ce dialogue permanent qu’entretiennent les représentants des nations. «À travers l’hommage fait à M. Chrétien, les visiteurs retiennent par ailleurs le rôle et l’importance du Canada à l’échelle mondiale en ce qui a trait aux relations diplomatiques. De plus, on voit plusieurs photos de
M. Chrétien avec les grands de ce monde, dont Nelson Mandela, ce qui permet de faire comprendre que le Canada est un pays qui a un rôle à jouer et qui a une influence dans le monde. C’est ce qu’on souhaitait faire avec le musée», mentionne le respon­sable de l’animation à la Cité de l’énergie, Mario Lachance.