Le Droit Affaires

Tourisme d'affaires: secteur d'activité 
en hausse dans la région

Le tourisme d’affaires présente une 
tendance significative à la hausse ces dernières années dans la grande région d’Ottawa-Gatineau, où plusieurs centaines de congrès et d’événements ont lieu annuellement, générant d’importantes retombées économiques.

« C’est énorme ce que représente le tourisme d’affaires », soutient la présidente de Tourisme Outaouais et directrice générale du Château Montebello, Geneviève Dumas.

Le Droit Affaires

Ottawa-Gatineau: une prospérité retrouvée

La région d’Ottawa-Gatineau a retrouvé des conditions de marché aussi favorables qu’en 2007-2008, avant la crise financière américaine. Le taux de chômage a atteint chez nous le plancher inespéré de 4,8% en mars dernier, une performance inégalée en près de dix ans. Bref survol d’une réalité où les étoiles n’avaient rien d’autre à faire que d’être alignées.

Il s’est créé 12 100 nouveaux emplois dans la région d’Ottawa-Gatineau au cours du premier trimestre de 2018, pour établir un nouveau record alors qu’environ 737 000 citoyens de la région étaient actifs sur le marché du travail durant cette période.

La région vit aujourd’hui exactement le contraire de ce qui se passait dans les années 1960, 1970 et début 1980 lorsque des hordes de baby-boomers prenaient d’assaut le marché du travail et la fonction publique.

Aujourd’hui, cette même génération prend massivement le chemin de la retraite, libérant ainsi des milliers d’emplois.

« C’était le contraire dans les années 1970-1980, où on avait beaucoup de gens qui terminaient leurs études, entraient massivement sur le marché du travail et se battaient pour avoir un job. Beaucoup se retrouvaient sur le chômage. Maintenant, c’est le contraire, les employeurs se battent un peu pour avoir des candidats qualifiés pour prendre la place des boomers », explique le professeur émérite en sciences économiques à l’Université d’Ottawa, Serge Coulombe

Le Droit Affaires

Aller à contre-courant

L’édification de clôtures sert habituellement à isoler des territoires. Pour Gabriel Caron, ce fut plutôt une véritable porte d’entrée en affaires. En érigeant des enceintes et en travaillant d’arrache-pied pendant des années, le fondateur de Clôture Régionale peut désormais se féliciter de voir son entreprise être une référence en la matière en Outaouais, en plus de la voir figurer au sein du classement PROFIT 500 du Canadian Business.

Comment parvenir à s’installer dans ce club sélect à peine dix ans après sa fondation ? En passant par un processus rigoureux qui filtre et sélectionne une multitude de requêtes, notamment par l’analyse des états financiers démontrant l’ampleur de la croissance au cours des cinq dernières années.  

« J’ai tendance à aller contre le grain », lâche-t-il promptement. Il précise que de travailler dans un créneau où s’affaire encore une vieille génération lui a permis de se démarquer en apportant une approche plus éclatée. « J’ai parfois l’habitude de demander à certaines personnes qui sont dans le milieu depuis longtemps ce qu’ils pensent de mes idées. Lors d’une récente discussion, certains ont rapidement démoli une idée que j’avais. Je me suis aussitôt dit : c’est parfait ! »

Faire ses preuves

Questionné à savoir si son jeune âge lui avait occasionnellement nui pendant son parcours, le président de Clôture Régionale répond que la vingtaine a été sans l’ombre d’un doute moins évidente sur le plan de la crédibilité. Maintenant bien établi et porté par la trentaine, Gabriel Caron en profite pour infuser un goût du jour dans son secteur d’activité.

Le Droit Affaires

Le Monténégro à découvrir sans tarder

CHRONIQUE — COLLABORATION SPÉCIALE / Connaissez-vous le Monténégro, ce petit pays frontalier de la Croatie? Cette jeune nation, qui a proclamé son indépendance de la Serbie en 2006, a beaucoup à offrir. Des plages à la montagne, de la nature aux sports d’aventure, de la culture à l’histoire, de la grande gastronomie à l’hospitalité, cette destination peu connue et beaucoup moins fréquentée que la Croatie voisine, mérite sa place sous le feu des projecteurs.

La belle vie à Budva

Budva se trouve au bord de la mer et est bien populaire chez les voyageurs monténégrins et européens. Au petit matin, on peut en profiter pour fréquenter les nombreux restaurants et les boutiques de luxe. Malgré l’ambiance touristique, Budva reste une parfaite alternative à Monaco ou la côte d’Amalfi. Si le magasinage vous épuise, découvrez de jolis endroits cachés dans tous les recoins de la vieille ville, comme les nombreux petits passages qui mènent à la plage. Mon coup de cœur reste tout de même le sentier qui connecte Milocer, village voisin, à Budva. La marche d’environ 12 km au bord de la mer débute sous les oliviers du village de Przno et se termine près de la marina de Budva.

La médiévale Kotor

Si vous cherchez une destination culturelle qui ne laisse pas indifférent, Kotor est fidèle au rendez-vous. Loin des grands complexes touristiques et posée sur la baie de Kotor, cette ancienne forteresse est parfaite pour plonger dans l’histoire médiévale le jour et déguster un martini la nuit. La ville regorge de trésors tels ses ruelles pavées et ses petites places sur lesquelles donnent des bâtiments aux magnifiques façades comme le Palais du Prince ou bien le Théâtre de Napoléon. Pour une fabuleuse vue d’ensemble de Kotor, osez emprunter le sentier pédestre qui va jusqu’au sommet du fort Saint Ivan pour profiter d’un magnifique coucher de soleil. Une fois le soleil couché, prenez un verre dans un des bars branchés et dansez jusqu’aux petites heures du matin chez Maximus, la plus importante boîte de nuit au pays.

Faire le plein à Durmitor

Les accros à l’adrénaline se dirigerent vers le parc national Durmitor où se trouve le canyon Tara, une merveille de la nature. C'est le canyon le plus profond d’Europe et le deuxième dans le monde, après le Grand Canyon aux États-Unis. Explorez Tara en rafting pour accéder aux plus beaux points de vue.