Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le directeur général d'Unique FM, Pierre Sicard, et l'animateur Michel Picard
Le directeur général d'Unique FM, Pierre Sicard, et l'animateur Michel Picard

Une station unique pour les francos

Isabelle Brisebois
Isabelle Brisebois
Collaboration spéciale
Article réservé aux abonnés
« Unique FM est là pour rester ! », s’exclame Pierre Sicard, directeur général de la station franco-ontarienne, fondée le 15 novembre 2010, et qui célèbre cette année son dixième anniversaire. « Notre station, les francophones, ils l’ont tatouée sur le cœur », ajoute-t-il pour nous convaincre.

Celui qui a travaillé dans de grosses boîtes comme Le Droit, TVA, Radio-Canada et Astral Média ( aujourd’hui Bell Média ), est arrivé en juin 2019 à Unique FM. La station était alors en bonne santé financière.

« J’ai succédé à Véronique Soucy et j’ai de grosses pointures à chausser, affirme-t-il. Elle a fait un travail remarquable pour bâtir et rebâtir cette radio communautaire. J’ai le mandat, entre autres, d’assurer la pérennité de l’entreprise, dans un contexte où la radio et les médias traditionnels sont en pleine transformation. »

Quelque 700 000 $ sont nécessaires annuellement pour exploiter la station. Les revenus proviennent surtout de partenaires fidèles comme les conseils scolaires, La Cité et Desjardins qui ont à cœur la francophonie. Viennent ensuite les subventions fédérales et provinciales, lesquelles ont été essentielles pour passer au travers de la pandémie et qui ont pallié une perte de près de 150 000 $ provenant d’annonceurs tels que les festivals et les petites entreprises.

Le mentor Michel Picard

Les défis sont de taille pour celui qui porte de multiples chapeaux, ceux de la promotion, du marketing, de la programmation et des ressources humaines, pour n’en nommer que quelques-uns.

« C’est près de 50 % de la population qui ne nous connaît pas. On est à une minute de perdre un auditeur, fait-il valoir. Si celui-ci n’aime pas ce qu’il entend, il change de fréquence. Pour le garder captif, il faut des talents en ondes. Les étudiants qui sortent des écoles viennent apprendre leur métier ici. Je les perds après huit mois, les grandes stations venant les repêcher lorsqu’elles constatent leur potentiel. »

Ces jeunes sont d’ailleurs épaulés par Michel Picard, l’animateur vedette à Unique FM, connu également pour ses nombreuses années passées à Radio-Canada Ottawa-Gatineau comme chef d’antenne à la télé et animateur à la radio. « Chaque jour, je fais de la radio avec la même fébrilité qu’à mes débuts, à Saskatoon, en 1972. On travaille sans filet, on est investi d’une mission, celle de défendre la francophonie. Tout au long de ma carrière, je me suis fait beaucoup de contacts que je peux mettre à profit pour bonifier les émissions. J’ai pu bâtir un réseau de chroniqueurs crédibles, notamment les ex-politiciens Don Boudria, Madeleine Meilleur et Jean Poirier, des noms qui viennent renforcer la notoriété d’Unique FM. »

Du bingo à la radio

Pierre Sicard a notamment pour objectif d’améliorer les conditions de travail des employés, notamment par la bonification des salaires afin d’assurer une meilleure rétention du personnel. « Je tente d’obtenir une licence pour faire un bingo, dit-il avec enthousiasme. J’ai déjà des clients qui souhaitent acheter de la publicité. Assurément, on aura une formule branchée et divertissante. On prévoit jusqu’à un million de dollars en revenus par année, ce qui nous rendrait autosuffisants. »

La station a aussi un besoin urgent en matière d’équipement. « Nos outils sont désuets, on a parfois des blancs en ondes, ajoute-t-il. Il faudra investir 250 00O $ pour être au goût du jour, sans oublier que les employés doivent être équipés adéquatement pour travailler de la maison en temps de pandémie. »

Côté programmation, le directeur général affirme être à l’écoute des besoins de la communauté. Grâce à un nouveau logiciel qui permet de calculer les cotes d’écoute en temps réel, il peut ajuster le tir en fonction de la demande. Si une émission ne performe pas, elle est rapidement déplacée de case horaire ou simplement retirée des ondes et remplacée par une autre.

« Je n’ai pas peur de sortir des sentiers battus, ce qui ébranle parfois les gens qui m’entourent, s’exclame-t-il en riant. Je suis très fier des résultats qu’obtient notre émission de musique country, laquelle attire un vaste auditoire des deux côtés de la rivière. En septembre, il y aura une radio-théâtre qui mettra en valeur la relève. Il faut faire preuve de souplesse et d’innovation. Et toujours, on cherche à faire valoir notre unicité, qu’Unique FM est un joueur clé dans la promotion de la francophonie. »

Et ils sont nombreux les francophones qui sont fiers de faire partie de l’aventure de la station. Sa crédibilité maintenant bien assise, Unique FM attire des bénévoles chevronnés et passionnés. « Nous en avons plus d’une vingtaine, incluant les membres du conseil d’administration, tous essentiels à notre réussite et qui portent l’entreprise à bout de bras. J’ai trouvé ici une famille dévouée qui fait de moi un meilleur être humain et gestionnaire. »