L'associée chez Convergence, Lyne Bouchard.

Un combat pour la justice sociale

« Moi, je suis un produit communautaire, un produit du terroir. » C’est ainsi que se décrit Lyne Bouchard, qui oeuvre depuis plus de 30 ans au sein de la coopérative d’expertes conseils Convergence. Le 23 novembre prochain, elle sera parmi les finalistes pour l’obtention du prix Excelor, catégorie Femmes d’exception, lors du gala annuel de la Chambre de commerce de Gatineau.

Lorsqu’elle a appris qu’elle était parmi les finalistes, Lyne Bouchard s’est sentie « très déstabilisée ». Pourtant, après toute une vie de batailles contre les inégalités sociales, certains argueront qu’elle méritait bien cette distinction. « C’est une grosse reconnaissance de nos pairs. Ce sont des collaborateurs, à l’extérieur de l’organisation, qui me voient aller depuis des années qui m’ont mise en nomination. C’est tout un velours. »

Dans la jeune soixantaine, Mme Bouchard, ne prévoit pas prendre sa retraite de sitôt. En fait, elle ne prévoit pas en prendre une du tout. « Je suis très engagée dans mon milieu et je serai toujours engagée socialement », assure-t-elle. 

Avec Convergence, elle a notamment oeuvré pour la condition féminine en instaurant des services offerts aux femmes. Elle a également participé à la mise en place de plusieurs services en français en Ontario, entre autres en prenant part à des études de besoins pour la Loi sur les services en français de la province. Actuellement, son équipe et elle travaillent à la mise en place de politiques d’égalité dans les MRC de la région, autant pour l’égalité des genres que pour la diversité culturelle. « C’est extrêmement important d’inclure toutes les personnes dans notre société. »

Créer du travail pour les femmes

Fière de l’entreprise dans laquelle elle a grandi, elle ne manque pas de souligner que ce mois-ci, Convergence célèbre son 35e anniversaire de fondation. Mme Bouchard a contribué à l’approche collaborative de Convergence en soutenant différents organismes par le biais de l’engagement social et le bénévolat. 

Ce qui la rend le plus fière, c’est d’avoir participé collectivement au maintien d’une entreprise comme Convergence. J’ai participé à créer une institution qui est à l’écoute du milieu. On vient d’accueillir, au cours des deux dernières années, deux nouvelles personnes. On s’assure de la relève de l’entreprise et ce n’est pas évident. Nous sommes des travailleuses autonomes, alors il faut trouver des femmes qui sont prêtes à aider et à ne pas avoir un salaire aux deux semaines.  Créer du travail pour les femmes, c’est l’un de nos objectifs. »

L'équipe de Convergence, de gauche à droite: Lyne Bouchard, Lizethe Rodriguez, Chantal Cholette et Stéphanie Otis.

Depuis toujours, c’est au sein du milieu communautaire qu’elle se sent le plus à l’aise. Et son engagement, il ne prend pas place qu’au boulot. Résidente du Vieux-Gatineau, elle est présidente de l’Association des gens d’affaires de son quartier. Elle participe aussi activement à un « projet phare de la revitalisation de ce quartier », celui des Serres urbaines Notre-Dame, une entreprise d’économie sociale qui souhaite mettre en place le premier complexe commercial en aquaponie du Québec. 

À quoi attribue-t-elle cette passion pour la justice sociale ? « C’est peut-être d’où je viens, répond-elle candidement. Je viens d’une ville très modeste en Abitibi.  L’environnement d’où l’on vient, notre terroir, ça nous forge beaucoup. »

L’approche humanitaire fait partie intégrante de ses interventions. « Il faut partager la richesse, les connaissances. Pour moi, la justice, c’est de comprendre qu’on n’est pas égaux et qu’on doit travailler à ce qu’il y ait une équité pour les gens. Je pense que c’est important de faire les choses de façon humaine. ».

QUESTIONS RAPIDES

Un bon coup ?

Celui d’avoir choisi mon métier et contribué à fonder Convergence et en avoir assuré la pérennité par une démarche de relève avec une collègue. 

Une leçon apprise en affaires ? 

Le respect de la réalité des clients. 

Une bonne adresse où rencontrer des clients ? 

À l’adresse des clients. L’environnement de travail dit beaucoup de choses, surtout lorsqu’on intervient en développement organisationnel.

Des applications pratiques ? 

Drive, Zoom, Doodle, tous ces trucs technologiques qui facilitent le partage et les communications à distance, sans se déplacer. 

Destination voyage à découvrir ?

L’an dernier j’ai fait le tour de la Sicile, un vrai coup de coeur. 

Un mentor ?

Il y en a plusieurs, des femmes comme Caroline Andrew, Linda Cardinal, Dyane Adam, feu Michelle Kérésit et Lorraine Gauthier. Elles ont été des inspirations. 

Cartes de membre ?

Coopérative de développement régional Outaouais-Laurentides, Association des gens d’affaires et professionnels du Vieux-Gatineau, Vision centre-ville et Chambre de commerce de Gatineau ainsi que quelques groupes communautaires de la région.