Marc Patry, associé principal chez PPTA Services financiers
Marc Patry, associé principal chez PPTA Services financiers

Télétravail: Innover pour mesurer la productivité 

Dominique La Haye
Dominique La Haye
Collaboration spéciale
L’émergence du télétravail forcé en raison de la pandémie met en lumière l’importance pour les entreprises de veiller à la productivité des employés. Pas question pour autant de les épier à l’aide de technologies de surveillance, affirment deux dirigeants de la région consultés par Le Droit AFFAIRES.

« Avoir des caméras pour épier nos employés, non, ça on ne fera jamais ça. Ou même faire de l’écoute », s’exclame la présidente de Ginsberg, Gingras et Associés, Chantal Gingras.

La dirigeante de l’entreprise, qui compte une dizaine de bureaux au Québec et dans l’Est de l’Ontario et 88 employés dont les deux tiers sont en télétravail, précise toutefois avoir implanté dans les dernières années une technologie informatique qui permet d’assigner des tâches aux employés sur un portail.

« On utilise donc la technologie par assignation de tâches et comme ça tu peux voir la productivité des employés. Et les employés ont la possibilité de se réassigner des tâches et d’en déléguer à d’autres », fait-elle valoir.

L’associé principal de PPTA Services financiers, Marc Patry, affirme aussi que les 16 employés de son bureau, dont la moitié sont en télétravail, fonctionnent sur une base autonome.

« J’ai un modèle où ce sont des tâches et responsabilités à accomplir et non pas nécessairement des heures à travailler », explique-t-il.

M. Patry est d’ailleurs d’avis qu’avec la situation actuelle, les entrepreneurs devront trouver des techniques pour s’assurer que leurs employés se responsabilisent en fonction du travail global à accomplir, plutôt qu’en fonction du nombre d’heures pour lesquelles ils sont rémunérés.


« Les heures de travail deviennent très difficiles à mesurer en télétravail. Donc, il faut plutôt moduler les contrats de travail sur les attentes et ce qui doit être accompli, plutôt que d’accomplir 40 heures par semaine. »
Marc Patry

Du côté de l’administration publique fédérale, le Secrétariat du Conseil du Trésor n’a pas fait mention d’utilisation de technologies de surveillance, lorsque questionné par Le Droit AFFAIRES sur les différentes mesures mises en place pour surveiller le travail des fonctionnaires.

« Les objectifs et les mesures de rendement des employés devront être ajustés en raison de la pandémie afin de tenir compte de l’évolution des priorités. Il revient aux gestionnaires de veiller à l’établissement des objectifs et les mesures du rendement des employés et de fournir des commentaires et suggestions au cours de l’année pour pouvoir assister l’employé à mieux accomplir le travail de façon acceptable », a indiqué par courriel un porte-parole au Conseil du Trésor, Martin Potvin.