20,8 % des dirigeants sondés espèrent obtenir un meilleur accès à du personnel qualifié.

Sondage Banque Nationale — Le Droit Affaires: perspectives 2018

En ce début d’année, l’équipe du mensuel Le Droit AFFAIRES et la Banque Nationale ont effectué un sondage afin de connaître l’opinion des entrepreneurs et dirigeants de Gatineau-Ottawa vis-à-vis de l’année économique qui débute.

Conditions souhaitables

La liste de souhaits pour 2018 des dirigeants d’entreprises d’Ottawa-Gatineau est particulièrement intéressante. La diminution du fardeau fiscal est identifiée par 21,5 % des sondés. 

« La baisse du fardeau fiscal est particulièrement populaire chez les entreprises et organisations québécoises alors que du côté ontarien, on privilégie d’abord un allègement de la bureaucratie gouvernementale », observe le président de Segma Recherche, Raynald Harvey.

Outre la baisse du fardeau fiscal des entreprises, 20,8 % des dirigeants sondés espèrent obtenir un meilleur accès à du personnel qualifié.

Le président de SEGMA Recherche croit que « plus l’entreprise est de grande taille, plus l’accès à la main-d’œuvre qualifiée va être crucial pour les affaires en 2018. »

L’allègement de la bureaucratie gouvernementale est une amélioration souhaitée par 17,4 % des sondés, suivi de l’accès facilité au financement en quatrième position à 14,8 %.

Facteurs à craindre

Les entrepreneurs de Gatineau-Ottawa s’inquiètent de manquer de main-d’oeuvre qualifiée, selon les résultats du sondage. En effet, 30,4 % des dirigeants sondés mentionnent une plus grande rareté du personnel qualifié comme un facteur à craindre pour l’année à venir. La rareté du personnel est une source d’inquiétude, particulièrement chez les membres des hautes directions et les gestionnaires. 

La hausse des taux d’intérêt arrive au deuxième rang (26,4 %) des facteurs à craindre en 2018. « La hausse éventuelle des taux d’intérêt préoccupe quant à elle davantage les propriétaires d’entreprises », estime Raynald Harvey.

Une baisse du dollar canadien et une importante correction boursière arrivent ex aequo au troisième rang des facteurs à craindre par 9,5 % des dirigeants/entrepreneurs sondés.

Besoins de financement

2018 sera une année où le financement ne sera pas aussi important qu’avant croient 37,4 % des entrepreneurs sondés.

À la lumière du sondage Le Droit AFFAIRES/Banque nationale, près de quatre entreprises/organisations sur dix (37,4 %) ne prévoient pas recourir au crédit en 2018. Un autre 33,1 % aura des besoins très limités en matière de financement tandis que seulement 25,9 % prévoient avoir besoin d’emprunter de manière importante au cours des 12 prochains mois.

Selon les résultats du sondage, la moitié des petites entreprises et organisations ne prévoient pas faire une demande de crédit durant l’année à venir.

* Méthodologie : Ce sondage est réalisé avec la collaboration de la Chambre de commerce de Gatineau, du Regroupement des gens d'affaires de la capitale nationale et de ID Gatineau. Il a été mené en partie par questionnaire Internet et en partie par entrevues téléphoniques, le tout sous la supervision de SEGMA Recherche. L'échantillon de 155 dirigeants d'entreprises/organisations est principalement localisé dans le centre urbain d'Ottawa-Gatineau. Il est composé d'entreprises/organisations de différentes tailles opérant dans divers secteurs d'activités.