Propriétaire de Jäbb Traiteur Santé depuis sa fondation, en 2016, l’ancien pugiliste gatinois Pascal Villeneuve a accroché ses gants de boxe pour se tourner vers la cuisine. Son entreprise sert aujourd’hui des milliers de personnes quotidiennement.
Propriétaire de Jäbb Traiteur Santé depuis sa fondation, en 2016, l’ancien pugiliste gatinois Pascal Villeneuve a accroché ses gants de boxe pour se tourner vers la cuisine. Son entreprise sert aujourd’hui des milliers de personnes quotidiennement.

Passer le KO à la pandémie

Jean-Simon Milette
Jean-Simon Milette
Le Droit
L’histoire de Jäbb Traiteur Santé est digne des meilleurs films de Rocky. Un combattant ambitieux confronté à un dangereux adversaire, en l’occurrence la pandémie de COVID-19, et qui parvient à se relever plus fort que jamais et sortir victorieux.

Propriétaire de Jäbb Traiteur Santé depuis sa fondation, en 2016, l’ancien pugiliste gatinois Pascal Villeneuve a accroché ses gants de boxe pour se tourner vers la cuisine. Son entreprise sert aujourd’hui des milliers de personnes quotidiennement.

La clientèle de Jäbb Traiteur Santé est variée. L’entreprise gatinoise prépare des repas pour des milliers d’élèves répartis dans plusieurs écoles de la région. Sa clientèle inclut aussi des services de garde, des salons de coiffure, des employés de Brigil ainsi que des membres du Gym-Max de Gatineau.

De plus, depuis le 6 juillet dernier,  M. Villeneuve et son entreprise ont pris possession des cafétérias dans les hôpitaux de Gatineau et de Hull.

À tout cela s’ajoutent ses contrats de traiteurs pour divers événements comme des funérailles et des mariages.

En mars, Jäbb Traiteur Santé comptait à peine quatre employés. Aujourd’hui, on recense 22 employés au sein de l’entreprise. Une croissance qui s’explique, entre autres, par la capacité d’adaptation de M. Villeneuve, qui a été mise à rude épreuve pendant les premiers mois de la pandémie de COVID-19.

Pascal Villeneuve

Impact de la pandémie

Comme pour la vaste majorité des entreprises partout au pays, la crise sanitaire a durement frappé Jäbb Traiteur Santé, si bien que le service a dû être interrompu pendant un peu plus de deux mois.

« On a eu de l’activité pendant seulement deux semaines. On a essayé de se lancer dans les repas prêts à emporter, mais on s’est rendu compte que ça ne valait pas la peine. C’était plus rentable d’arrêter que de continuer. »

Cette fermeture complète de ses activités a bien sûr entraîné d’importantes pertes financières que M. Villeneuve doit encore essuyer aujourd’hui.

« J’ai eu presque 20 000$ de pertes d’aliments. On avait plein d’aliments décongelés et on avait plus l’espace pour les ranger et on n’avait pas de repas à préparer avec, donc on les a carrément perdus. Encore à ce jour, je paye les pertes engendrées par la COVID-19. Heureusement, les fournisseurs sont vraiment compréhensifs. »

De nouveaux défis

Malgré tout, l’ancien boxeur gatinois a dû trouver une façon de se battre contre cet obstacle majeur s’il voulait survivre jusqu’au prochain round. M. Villeneuve a donc commencé à chercher des solutions, notamment pour remplacer sa cuisine principale, qui se trouve à la Polyvalente de l’Érablière et qui a été rendue inaccessible en raison de la fermeture de l’établissement au début de la crise.

Ce difficile combat aura permis à M. Villeneuve de revenir plus fort et de solidifier sa place au sein du monde de la restauration en Outaouais avec l’ouverture, le 3 juillet, du Jäbb resto-bar, situé dans l’hôtel Best Western de la rue Laurier, dans le secteur Hull. 

« J’ai trouvé des opportunités ailleurs. Ma cuisine était située à la Polyvalente de l’Érablière, avec la fermeture de l’école, je n’avais plus de cuisine principale. J’avais des offres pour m’occuper de la cuisine de certains restaurants de la région. Celui qui m’a le plus parlé, c’est le projet à l’hôtel Best Western. »

« C’est différent, parce que c’est vraiment un restaurant et non un service de traiteur. Je me suis servi de cette période morte durant la pandémie pour faire les démarches par rapport à ce projet-là », renchérit-il.

Avec la réussite de ce resto-bar, plusieurs autres hôtels de la région ont approché M. Villeneuve.

« Je prends possession de la cuisine du Quality Inn & Suites pour les déjeuners. Avec le temps, on va peut-être s’occuper du bar et du restaurant de cet hôtel aussi. »

M. Villeneuve ajoute qu’il est présentement en pourparlers avec des écoles et des hôpitaux de l’Outaouais afin d’y installer des machines réfrigérées qui permettraient d’offrir des options santé aux usagers.

Pour ce qui est de la suite des choses,  M. Villeneuve a une vision claire de ce qu’il veut accomplir avec son entreprise.

« J’ai l’intention d’être l’entreprise la plus reconnue dans mon domaine en Outaouais », conclut-il fièrement.