Le directeur général de ID Gatineau, Jean Lepage

Un campus 100% entrepreneurial s’installe à Gatineau

Un ajout notable à l’écosystème économique régional surviendra en novembre prochain avec l'implantation à Gatineau de l'École des entrepreneurs du Québec ( EEQ ), un organisme qui servira à mieux outiller les gestionnaires d’entreprises.

C’est dans des locaux du centre Innovation Gatineau que vont bouillonner les activités de l’EEQ. Cette dernière gravitera dans le réseau du centre de services principal établi à Montréal, qui offre une gamme complète de services-conseils. « Ce sont 25 000 entrepreneurs qui ont été formés depuis 2000. Toutes les 12 heures, une nouvelle entreprise est démarrée grâce à l’appui de l’École », indique Michel Fortin, le
président-directeur général de cette organisation sans but lucratif.

Formule bien rodée

L’appel de proposition lancé en mars 2018 afin d’établir des campus régionaux a immédiatement interpellé les acteurs majeurs du développement économique en Outaouais. Composé notamment de la Chambre de commerce de Gatineau, de la Table d’action en entrepreneuriat de l’Outaouais et d’ID Gatineau, un comité de travail a fignolé et déposé un dossier à l’ÉEQ.

La tâche n’était pas mince, car sept régions et une soixantaine de partenaires avaient également déposé leur requête. Le comité de travail gatinois a reçu une réponse favorable. Les campus régionaux formés de Gatineau, Rimouski et Trois-Rivières ont l’objectif d’appuyer le centre montréalais vers la formation de 14 000 autres entrepreneurs d’ici 2022.

« Il nous manquait un volet lié aux formations », explique Jean Lepage, le directeur général d’ID Gatineau, qui a participé au dépôt de la candidature de Gatineau. Octroyer à la clientèle d’affaires des programmes provenant de l’ÉEQ venait combler une demande pour ce type de formation.

Jean Lepage évoque du même coup que de partir à zéro aurait été une tâche titanesque. « On a envoyé une mission visiter leur installation au préalable. Avant d’aller de l’avant avec un partenaire, on veut s’assurer qu’on soit tous gagnants. Dans ce cas-ci, on avait sous la main quelque chose de vraiment bien rodé », estime-t-il.

Formations variées et accessibles

Quelque 2 000 individus profiteront annuellement des formations offertes au  nouveau campus gatinois ( ou grâce aux vidéoconférences ) et attestées par le système scolaire. 

 Acquisition et gestion d’entreprise, vente-conseil et lancement d’une entreprise seront les programmes offerts. La grande majorité des ateliers et du contenu utilisés à Montréal seront offerts au campus. La réalité de la région est prise en compte avec l’incorporation d’éléments éducatifs personnalisés. On compte parmi ces spécificités le secteur manufacturier, la cybersécurité et les technologies de l’information.

« Pour le secteur manufacturier, nous numérisons actuellement des informations et mettons en relation près de 200 entreprises en Outaouais. ID Gatineau travaille ainsi à comprendre leurs besoins et à encourager la collaboration régionale », avance Jean Lepage, qui perçoit l’arrivée de l’ÉEQ dans la région comme un moteur concret qui stimulera la croissance, notamment par des formations pratiques de développement de marché et d’exportation.

La clientèle cible pour ce nouveau campus comprend les entreprises de service, avec l’objectif d’attirer principalement celles ayant moins de dix employés. Grâce à la programmation, les participants pourront s’enrichir de connaissances liées aux aspects juridiques en affaires, à la communication et au marketing, au financement, aux ventes, ainsi qu’aux meilleures pratiques d’affaires. Le coût des ateliers variera de 50 $ à 200 $ et un parcours au sein de l’ÉEQ peut aller de quelques heures à quelques mois pour un étudiant ou une étudiante.

Un écosystème gatinois

Une enveloppe annuelle oscillant entre 400 000 et 500 000 $, dont les trois quarts proviennent du gouvernement provincial, servira à financer les opérations. D’après M. Lepage, le réseau de développement est maintenant assez complet en Outaouais. « Le Pôle d’innovation, MonGPS.ca, le Programme G7 et le campus de l’École des entrepreneurs du Québec vont permettre à Gatineau et aux MRC en périphérie d’avoir les ressources adéquates », soutient-il. Avec ce pan entrepreneurial complété, son équipe et lui se dévoueront désormais à l’édification de cellules d’investisseurs pour stimuler les entreprises plus spécialisées.