Maude, Mathis et Chloé Régimbal posent derrière le vice-président de Régimbal Promotions, Stéphane Giroux, et le président, Luc Régimbal.
Maude, Mathis et Chloé Régimbal posent derrière le vice-président de Régimbal Promotions, Stéphane Giroux, et le président, Luc Régimbal.

S’adapter pour survivre

Jean-Simon Milette
Jean-Simon Milette
Le Droit
L’entreprise ottavienne Régimbal Promotions s’est particulièrement distinguée en 2020 par sa grande capacité d’adaptation face à la pandémie de COVID-19.

Cette entreprise qui se spécialise aujourd’hui dans le service de gravure et de création d’articles promotionnels comme des vêtements de travail ou des équipements sportifs a été fondée en 1926, à Vanier, par le grand-père du président actuel, Luc Régimbal.

Ce dernier a pris les rênes de l’entreprise à l’âge précoce de 22 ans alors que son oncle, Marcel Breton, était propriétaire du commerce.

« J’ai toujours eu ça en tête, mais je ne pensais jamais que c’était pour arriver. Mon cousin était déjà dans le commerce, mais quand j’ai su qu’il ne voulait rien savoir, j’ai décidé de dire à mon oncle que j’étais intéressé. »

M. Régimbal et son partenaire d’affaires, Stéphane Giroux, ont décidé de faire le saut vers l’entrepreneuriat et ont acheté ensemble l’entreprise familiale.

« J’avais 22 ans et aucune expérience. Je n’avais pas un sou à mon nom. C’est là que j’ai rencontré mon partenaire d’affaires, ça a été plus facile d’obtenir du financement de cette façon. »

L’entreprise était initialement située dans le secteur Vanier et M. Régimbal a ouvert une deuxième succursale à Orléans. Au fil du temps, les deux succursales ont été vendues afin de permettre à Régimbal Promotions de s’épanouir davantage et d’accroître sa capacité de production en déménageant dans le parc industriel de Canotek. 

En mode survie

L’arrivée de la pandémie de COVID-19 aura complètement chamboulé le printemps de M. Régimbal et de son entreprise.

« Ça va me marquer pendant longtemps. Je me souviens du mercredi soir où je regardais les nouvelles et j’ai vu que la NBA ( National Basketball Association ) suspendait sa saison. On arrivait dans cette période de l’année qui est vraiment profitable pour nous, avec la fin de l’école et les activités sportives estivales qui commencent à se mettre en place. Ç’a frappé très fort. »

Comme la vaste majorité des entreprises, Régimbal Promotions a été forcé de fermer pendant un mois et demi, durant la première vague, afin de respecter les consignes sanitaires imposées par le gouvernement de l’Ontario.

« C’est dommage parce qu’on avait une super belle année devant nous. On avait de l’ouvrage en masse, mais on a décidé de fermer. On avait l’option de rester ouverts, mais on s’est dit qu’il fallait faire notre part pour aider à aplatir la courbe. »

Confrontés à l’inconnu, MM. Régimbal et Giroux ont dû trouver une façon de se renouveler afin de survivre financièrement à la crise sanitaire. Les deux hommes d’affaires ont décidé de lancer un site web (wewillsurvive.ca) sur lequel ils vendent des masques et des chandails encourageant la solidarité durant cette période difficile.

« Les ventes étaient super bonnes. En même temps, on faisait un don de 5$ sur chaque item vendu. On a été capable d’amasser 25 000 $ de dons qui ont été remis au fonds d’intervention rapide de la COVID-19 de la Fondation communautaire d’Ottawa. »

Les masques produits par l’entreprise ottavienne sont devenus si populaires qu’ils ont attiré l’attention du premier ministre Justin Trudeau lui-même.

« On a fourni les masques pour toute l’équipe de la Gendarmerie royale du Canada qui travaille pour M. Trudeau. On m’a rappelé ensuite pour me demander si je voulais accueillir la première conférence de presse de M. Trudeau dans la shop. Je n’ai pas hésité une seconde. »

Cette exposition majeure dont a bénéficié M. Régimbal aura contribué à faire exploser les ventes de l’entreprise au moment où elle en avait le plus besoin.

« À ce moment, on était parmi les seuls au Canada à produire des masques. Ç’a fait en sorte qu’on en a vendu près de 70 000 durant la première vague. Ça nous a donné une super belle visibilité qui nous a aidés à survivre. »

« Quand on a pris la décision de se lancer dans la confection de masques, on a acheté pour plus de 50 000 $ de matériel sans savoir si ça allait se vendre. J’avais bon espoir, alors on a décidé d’investir là-dedans », poursuit M. Régimbal.

Ce pari risqué a valu à Régimbal Promotions le prix Attitude lors du dernier gala du Regroupement des gens d’affaires de la région de la capitale nationale.

« On est très contents d’avoir reçu cet honneur. Ça montre notre résilience, on ne s’est pas découragés et on a toujours gardé une bonne attitude face à la crise. C’est ça qui nous a permis de gagner ce prix et on en est très fiers. »