Une enquête démontre que de plus en plus de grandes entreprises démontrent un intérêt croissant pour les secteurs de l’environnement et de l’aide d’urgence.

Quand affaires et environnement passent au vert

S’il arrive souvent que des entreprises soient pointées du doigt comme étant de mauvaises citoyennes, en contrepartie un nombre grandissant de têtes dirigeantes épousent des causes sociales, dont plusieurs à saveur environnementale. Tant à Gatineau qu’à Ottawa, la «philanthropie verte» et les initiatives écoresponsables, telle que l’économie circulaire, gagnent du terrain auprès des entrepreneurs. Le Droit AFFAIRES s’est penché sur ce phénomène.

Le président-directeur général de la compagnie gatinoise Macadamian Technologies, Frédéric Boulanger, affirme recevoir beaucoup de demandes d’organismes voulant que son entreprise et lui s’impliquent dans leurs diverses causes.

« Il faut que ce soit des causes qui nous parlent et pour lesquelles on se sente appelé à donner, fait-il valoir. C’est du temps qu’on décide de mettre là et qu’on ne mettra pas dans le travail ou dans notre famille, alors il faut y croire », poursuit le dirigeant de la firme de consultants spécialisée dans le développement de logiciels dans le domaine de la santé.