Chronique publicitaire

Portrait-robot des conseillers-robots

Les robots-conseillers sont bien implantés au Canada, quoique les particuliers en font encore timidement usage. Les milléniaux en sont certainement les principaux utilisateurs qui y voient l’avantage d’épargner sur les frais de gestion de leur portefeuille de placements. Il n’en demeure pas moins que pour établir une bonne stratégie de planification, un conseiller en chair et en os, ça n’a pas de prix !

Pourquoi un robot-conseiller ?

Les robots-conseillers sont de plus en plus avisés et utiles lorsque vous n’avez pas besoin de conseils. Il s’agit d’un outil d’automatisation de gestion de portefeuille basé sur un algorithme à partir duquel vous pouvez veiller sur vos investissements, l’approche et l’analyse personnalisée en moins. Cela permet effectivement de réduire les frais de gestion, ce qui rend la chose d’autant plus intéressante. Maintenant, si un problème survient à cause d’un manque de suivi ou pour quelque autre raison que ce soit, la seule personne à blâmer sera vous et vous seule. Le robot n’a (presque) jamais tort, l’humain, si.

Les robots n’ont pas d’émotions

Avec un conseiller vient une analyse de vos besoins, ce qui n’est pas le cas avec un robot-conseiller. Votre situation est particulière, vous avez des inquiétudes, des objectifs précis, vous pouvez en parler avec une vraie personne. Il faut faire la nuance entre pourquoi j’investis et j’ai investi. Dans le premier cas, le conseiller vous pose des questions pertinentes. Dans le second, le robot traite vos données. Ici, la suite de votre plan d’investissement est entre vos mains et celle de l’algorithme. Vous avez intérêt à connaître les lois provinciales et fédérales en matière de crédit, rabattement, cotisations, etc. 

L’erreur est humaine

De plus en plus de conseillers ont recours aux robots-conseillers pour dresser des portraits financiers optimaux. Au Groupe Investors, l’un n’est pas utilisé au détriment de l’autre. La combinaison conseiller-robot et conseiller est pratique courante, car elle permet de présenter des stratégies d’investissements basées sur la technologie intelligente. Une plateforme comme Wealthsimple est un exemple d’outil. Que ce soit pour un investissement à court, moyen ou long terme, le client choisit de gérer lui-même son portefeuille ou non.  Mais, s’improviser investisseur implique la possibilité que vous fassiez des erreurs qui en fin de compte vous coûteront plus cher.

Conseil d’expert

L’industrie financière en général migre vers des solutions automatisées et qui plus est, servent d’outils aux conseillers financiers. Elles permettent de réduire les coûts, mais sans l’intervention d’un professionnel, elles peuvent s’avérer à risque. Si votre intention est de faire de l’épargne pour faire de l’épargne, les robots-conseils sont certainement une bonne solution. En contrepartie, si vous recherchez une planification financière efficace et détaillée, tournez-vous vers un conseiller pour une planification adaptée.