PhysioOutaouais : genèse d'un succès

Natif de Hull, Alain Chénier a commencé son aventure professionnelle à l'Université de Sherbrooke où il a empoché un baccalauréat en sciences de l'activité physique. Suivra une période où il hésite entre poursuivre carrément en médecine ou décrocher un autre bac en physiothérapie. Cette dernière idée l'emporte et en 1991, Alain Chénier est désormais détenteur d'un deuxième diplôme.
Deux ans plus tard, il ouvre les portes de sa première clinique PhysioOutaouais, dans le secteur Aylmer. Depuis, les occasions d'affaires se sont multipliées et il n'a jamais regardé derrière. 
En mars 2018, l'entreprise fêtera ses 25 ans d'existence avec neuf cliniques, toutes gérées par des physiothérapeutes, qui sont également coactionnaires de l'entreprise. Au cours de la dernière année, trois succursales ont été inaugurées. Un rythme de croissance jamais atteint auparavant. 
Ciel variable
Curieusement, le milieu de la physiothérapie est sous un ciel passablement variable. Après dix ans de pratique, environ 80% des physiothérapeutes continuent le métier, mais à temps partiel. 
Pourquoi? Alain Chénier nous explique ce mystère par le fait que la majorité des physiothérapeutes sont des femmes et nombre d'entre elles choisissent de fonder une famille. Plusieurs optent alors pour une conciliation travail-famille selon ce modèle : famille à temps plein et travail à temps partiel.
«Les gens se font aussi offrir des postes de cadre, parfois dans les hôpitaux. Les physiothérapeutes ont beaucoup de possibilités. Ils peuvent faire aussi de l'enseignement au niveau universitaire dans les laboratoires. Donc, ils ne sont pas juste tenus à la clinique, ils ont d'autres ambitions. La main-d'oeuvre est dure à régénérer et à conserver.»
Le roulement de personnel dans ce milieu est donc assez important, d'où le nombre imposant de jeunes physiothérapeutes. La gestion des ressources humaines est un défi fondamental dans ce secteur.
Le réseau d'Alain Chénier fêtera sous peu ses noces d'argent, tout en atteignant les cinq millions de dollars de chiffre d'affaires.