Nicolas Croteau, président de Béton Concept A.M., en compagnie de deux collaborateurs

Béton Concept, un ciment qui prend bien à Ottawa

Lorsque Béton Concept A.M., une entreprise bien établie à Montréal, est débarquée à Ottawa cet été, elle est arrivée avec ses connaissances. Mais pas question de s’imposer avec son équipe : ici, ses travailleurs sont tous de la région.

« Pour nous, c’était important d’embaucher de la main-d’oeuvre locale. On exporte notre savoir, mais pas nos employés, explique fièrement Nicolas Croteau, le président de Béton Concept A.M. On est ici pour le long terme. »

En s’attaquant au marché ontarien, Béton Concept A.M. a opté pour la prudence. Ici à Ottawa, elle utilisera la bannière de sa grande-sœur Atwill-Morin, qui œuvre déjà dans la capitale nationale depuis plusieurs années. « Il était normal qu’on prenne le nom d’Atwill-Morin pour nos projets d’expansion à Ottawa, la compagnie était déjà connue », précise M. Croteau. La nouvelle entité s’appellera Atwill-Morin Structure.

Les deux compagnies sont en fait complémentaires : Béton Concept A. M. se spécialise, comme son nom l’indique, dans la réparation et la réfection de travaux de béton, comme les stationnements étagés, les façades ou encore les balcons. Atwill-Morin, elle, a bâti sa réputation dans la maçonnerie, mais surtout, dans la restauration d’immeubles patrimoniaux. C’est elle qui a rénové, à Ottawa, le cénotaphe, des portions du parlement, le Canada’s Four Corners. Elle a aussi fait le ravalement de la façade de la Maison du Citoyen à Gatineau.

Un parcours prédestiné?

Celui qui est derrière cette incursion en sol ontarien, Nicolas Croteau, semble avoir eu un parcours construit sur mesure pour ses fonctions actuelles.

Il a fait ses études en 2006 à l’Université de Sherbrooke et a obtenu un double diplôme en droit et en administration des affaires. Il amorce sa carrière d’avocat en se consacrant au droit de la construction, lui qui venait de payer ses études en travaillant pendant cinq étés de suite sur des chantiers de construction. Puis, changement de carrière en 2014, il devient directeur-général chez Atwill-Morin, entreprise familiale de construction de Montréal qui compte 300 maçons. Deux ans plus tard, cette même compagnie et Nicolas Croteau, achètent Béton Concept A.M., une entreprise reconnue à Montréal. En trois ans sous la gouverne de M. Croteau, le chiffre d’affaires a fait un bond spectaculaire de 3,5 M$ à 22 M $.

Un défi de plus

Pour l’homme originaire de Victoriaville, venir à Ottawa représentait un réel défi. Lui qui ne maîtrise pas l’anglais partait pratiquement de zéro avec une nouvelle équipe de chantier. En plus, ses enfants sont très jeunes et ses déplacements ici lui coûtent. « Mais on veut profiter des marchés du secteur public, où des milliards de dollars seront dépensés au cours des prochaines années en raison du vieillissement des infrastructures. De toute façon, j’aime les défis », laisse-t-il tomber, en souriant.

L’arrivée de Béton Concept A.M. à Ottawa est déjà payante : la compagnie a obtenu le contrat de réfection du stationnement de l’édifice Lester B. Person (6,3 M$), celui de la réparation des escaliers de la Bibliothèque nationale du Canada (2,8 M$), un autre avec Hydro-Ottawa sur la rue Booth (600 000 $) et un quatrième à Perth. La nouvelle entreprise d’Ottawa compte déjà 25 ouvriers et gestionnaires.

Et en quoi est-ce différent de faire affaires au Québec et en Ontario? « Ce qui est très différent entre Montréal et Ottawa, c’est tout ce qui touche la sécurité. Les contrôles sont très élevés dans les édifices fédéraux. Puis de la paperasse à remplir, il y en a beaucoup beaucoup beaucoup ! »

Avec en poche près de 10 M$ de contrats en si peu de temps, force est de constater que le ciment a déjà commencé à prendre dans la région pour Béton Concept A.M.