Marcan Laramée et Olivier Roy, tous deux membres du conseil administratif de Startup Café.

La relève entrepreneuriale a un nouvel allié

Ils veulent encourager le développement d’entreprises et l’accès aux ressources pertinentes. Ils veulent qu’une bonne idée puisse se concrétiser. Ils sont passés à l’action avec la création de Startup Café, un organisme à but non lucratif (OBNL) qui épaule les jeunes entrepreneurs au sein d’un monde des affaires qui s’avère parfois intimidant. Les instigateurs de cette communauté inclusive qui compte 1700 membres entendent briser l’éternel idéal associé à l’entrepreneuriat et parler «des vraies affaires».

Le Startup Café a pour mission de rassembler, d’informer et d’aider ceux et celles qui en sont à leur première expérience en démarrage d’entreprise. Soulignons d’emblée que l’âge n’est pas un facteur de désignation d’un jeune entrepreneur dans ce réseau. S’y initier peut se faire à 18 ou 108 ans, l’important est de guider cet individu vers des ressources pour ériger son projet.

Les racines de l’initiative ont germé dans l’esprit d’Olivier Roy, il y a environ deux ans, et l’idée ne cesse de croître depuis. Ce qui était exclusivement virtuel adopte désormais un modèle hybride. À la populaire page Facebook s’ajoute la tenue d’événements spéciaux, d’activités éducatives et de création de contenus médiatiques.

Un café qui doit se démarquer

Qu’ont prévu les quatre bénévoles du conseil administratif afin de tirer leur épingle du jeu ? 

«L’objectif est de remplir les trous laissés par l’offre actuelle dans la région. Il est important pour nous d’être complémentaires aux autres bien en place», assure Patrick Voyer, chargé des communications au Startup Café. 

Il s’agit pour cela de regrouper l’information essentielle, d’encourager les interactions au sein des plateformes et de cimenter des partenariats pertinents. Plusieurs liens ont déjà été tissés avec des acteurs du développement local, ce qui confère à l’organisation un certain rôle d’agent de référencement vers l’aide spécifique recherchée.

La communauté a prévu la diffusion de contenu adapté aux jeunes entrepreneurs via diverses plateformes. Les experts-collaborateurs et les membres sont invités à utiliser le blogue afin de partager leurs astuces. En parallèle, le balado (podcast), qui a eu pour premier invité l’ex-dragon et investisseur Serge Beauchemin, cherchera au gré du temps à s’établir comme un outil phare du contenu d’affaires local.

Réseauter dans le plaisir

Sur une autre note, les responsables du Startup Café veulent briser l’isolement que vivent certains entrepreneurs qui ont de la difficulté à créer des liens avec d’autres gens d’affaires . Comme les événements typiques de réseautage intimident parfois les nouveaux venus, ils comptent recourir au sport et aux innovations événementielles pour parvenir à les intégrer. Une ligue de soccer entrepreneuriale est d'ailleurs née ce mois-ci. « C’est une initiative intéressante qui croisera deux passions pour plusieurs et qui permet de se maintenir en santé », fait valoir Olivier Roy.

Le second stratagème pour encourager la mixité entre jeunes entrepreneurs est la création d’événements alliant le réseautage, le plaisir et l’inspiration. La première soirée de ce genre du Startup Café se déroulera en novembre prochain. Elle prévoit des stations interactives, des jeux et des kiosques où l’on fait des rencontres.

Les conférenciers ainsi que les membres seront incités à être accompagnés de leurs familles. Le but est de partager des témoignages évoquant des situations vécues et difficiles, afin de sensibiliser tout l’auditoire aux réalités potentielles lorsqu’on fait le choix de l’entrepreneuriat. 

L’accès au financement demeure un enjeu de taille pour les jeunes entrepreneurs. Le Startup Café projette de mettre en place  un «FRIC Outaouais», acronyme pour Fonds Régional d’Investissement de Croissance. Mais l’équipe songe à remplacer le terme Croissance pour Collectif. L’idée est d’amener de potentiels investisseurs à placer des fonds collectifs qui serviront au décollage d’entreprises.

Les débuts de l’OBNL sont visiblement diversifiés et prometteurs. Notez qu’un abonnement comme membre au sein de cette communauté est gratuit. Pour de l'information supplémentaire, rendez-vous sur leur page Facebook ou au startupcafe.ca