Magazine Affaires

Concurrencer Montréal

Plus récemment, Slalom a démontré qu’il était possible pour une boîte ottavienne de se mesurer à de grosses pointures montréalaises, telles que Pixcom et Zone3. La compagnie a gagné un appel d’offres en jeunesse avec la série Mehdi & Val, qui sera diffusée l’hiver prochain sur les ondes de Radio-Canada.

«J’ai dit à toute mon équipe, on garde le focus, on regarde en avant et on fonce», s’exclame-t-elle. «Ça s’est fait en produisant de bons contenus et en travaillant très fort», ajoute la femme d’affaires.

D’importantes retombées

La maison de production Nish Média, basée à Gatineau, compte pour sa part une dizaine d’employés à temps plein. Ce chiffre peut grimper jusqu’à quarante employés à temps partiel en période de tournage.

La compagnie, spécialisée dans le contenu autochtone, tourne des long métrages, documentaires, séries de variétés et autres, aussi bien ici et qu’à l’extérieur.

Le président de Nish Media, Jason Brennam, précise que, par exemple, la première et la deuxième saison de la série télévisée Hit the Ice, qui fait vivre un camp d’entraînement aux meilleurs joueurs de hockey autochtones d’âge junior, a été tournée en Outaouais et a engendré des retombées économiques d’environ 400 000 $ par projet. Ces dépenses incluaient notamment les nuitées, restaurants, traiteurs, salaires, achats dans les commerces, locations de véhicules et essence.

M.Brennan évalue à 125 000 $ les retombées économiques du long-métrage Le dep tourné à Val-des-Monts. Les saisons 1, 2 et 3 de la série jeunesse Mouki, racontant les aventures d’un raton-laveur géant, ont pour leur part été tournée à Orléans et généré des retombées économiques de 550 000 $ par saison, ajoute-t-il.

Magazine Affaires

Un mandat plus large pour le Bureau du cinéma?

Pendant qu’à Ottawa le maire Jim Watson fait la promotion de sa ville auprès des producteurs américains, à Gatineau, le scénario est moins rose.

Le Bureau du cinéma de Gatineau, chargé de faire la promotion de la région pour y attirer des tournages, a fermé ses portes en décembre dernier. On est loin du moment glamour qu’avait connu le Vieux-Hull, en 2010, avec le tournage du film On the Road, à la Taverne Montcalm et mettant en vedette l’actrice Kristen Stewart.

À la Ville de Gatineau, une porte-parole, Cynthia Lauzon, indique que «l’administration municipale n’a pas reçu de mandat de la part du conseil municipal afin de promouvoir Gatineau comme lieu de tournage pour l’industrie du cinéma».

«C’est malheureux. À Gatineau, on ne voit pas le train passer, contrairement à Ottawa, qui eux ont vraiment su saisir cette manne économique-là», s’exclame Roch Brunette, le producteur de Pix3 Films, une compagnie basée à Gatineau.

Magazine Affaires

Attirer Netflix dans la capitale

Si le commissaire du Bureau du cinéma d’Ottawa, Bruce Harvey, est sans équivoque à l’effet qu’il est possible de travailler en production télévisuelle et cinématographique dans la région, il reconnaît que certains défis se posent.

M. Harvey admet que les 100 millions $ dépensés à Ottawa dans ce secteur sont bien peu par rapport aux 6,8 milliards $ annuellement investis dans la production cinématographique et télévisuelle à l’échelle du pays.

Selon lui, afin d’attirer les Netflix de ce monde dans la capitale, la ville devra se doter d’une salle de tournage.

«Il s’agit d’un élément essentiel. (…) De la même manière que vous ne pouvez attirer une compagnie aérienne dans votre ville, si vous n’avez pas d’aéroport», fait-il valoir.

Magazine Affaires

Les incontournables en Islande

CHRONIQUE - COLLABORATION SPÉCIALE / Depuis longtemps, l’Islande était pour moi une île mystérieuse. Sans doute que tout le monde porte une robe de cygne comme Bjork. J’avais peut-être tort sur le choix vestimentaire des Islandais, mais j’ai appris lors de ma première visite que cette île avait beaucoup à offrir. Voici les incontournables lors d’un premier voyage en Islande.

En voiture!

Ici, c’est Mère Nature qui vole la vedette. La meilleure façon d’explorer? Louer une voiture et prendre la route en écoutant du Sigur Ros! Il suffit de conduire une trentaine de minutes à l’extérieur de la capitale de Reykjavik afin de comprendre pourquoi cette île est surnommée le pays de feu et de glace. Les routes aux reliefs noir et vert nous mènent vers d’imposants volcans et glaciers, donnant l’impression d’être seuls sur Terre. Nul besoin de faire des randonnées complexes, on peut facilement profiter des panoramas le long de la route. 

Le royaume... du hot-dog?  

Le hot-dog ou le pylsur est une fierté nationale à ne pas manquer! Peu importe l’heure, on peut facilement se procurer ce petit trésor pour calmer nos fringales. Que ce soit dans un dépanneur, au bord d’un quai ou même à un kiosque au pied des chutes Skogafoss, cette saucisse à la viande d’agneau est étonnement savoureux. Mais quel est le secret? Est-ce sa recette composée d’agneau nourri à l’herbe ou peut-être les oignons frits et la moutarde douce qu’on y ajoute? La popularité de ce plat national reste un mystère, mais on l’adopte  avec plaisir! 

Partir à la chasse aux aurores boréales 

Des explosions d’énergie magnétique livrent un spectacle de danse céleste à couper le souffle. L’hiver islandais, étonnement plus modéré qu’au Canada, reste la saison idéale pour observer les aurores boréales. Si les conditions météo sont favorables, vous pouvez voir ce magnifique spectacle dans le ciel de Reykjavik. Une expédition guidée est fortement recommandée afin de pouvoir localiser les meilleurs endroits. 

Les bains géothermiques

Le Royaume-Uni a ses pubs, l’Italie ses piazzas et l’Islande… ses bains géothermiques. Que ce soit une réunion de famille ou même une rencontre entre gens d’affaires, les bains géothermiques font partie intégrante de la société islandaise. La plupart des touristes choisissent de visiter le Blue Lagoon, en route vers l’aéroport international de Keflavik. Bien que leurs piscines artificielles soient impressionnantes, le Blue Lagoon est victime de son propre succès et son nombre élevé de touristes rend le tout fort bruyant. Pour une expérience plus reposante et authentique, dirigez-vous vers les quartiers de Reykjavik ou encore mieux, vers les nombreux villages à l’extérieur de la capitale.