Publireportage

Leur plus grand défi

Michel Lapensée, Président, Les Matelas Lapensée inc

« Un des plus grands défis que j’ai eu à surmonter est l’anticipation et la préparation du processus de relève familiale dans mon entreprise. Grâce au soutien d’une équipe de professionnels comptables, avocats et notaires, des experts dans le domaine de la relève d’entreprise, nous avons pu prévoir, anticiper et bien exécuter la stratégie de relève pour qu’elle se fasse de façon adéquate et bénéfique pour toutes les personnes impliquées! »

Candace Sutcliffe, Copropriétaire, C.A. Paradis / Paradis du Chef

« La transition d’employé à propriétaire d’entreprise a été un grand défi à relever. Depuis l’acquisition de notre entreprise en septembre 2017, en partenariat avec Alain Bouliane, Brian Corbishley et Isabelle Gagnon, j’apprends continuellement à m’adapter à de nouvelles idées et à mon nouveau rôle comme partenaire, tout en respectant mon expérience et en honorant l’héritage de notre entreprise centenaire. »

Nicolas Malboeuf, Président et Brasseur, Brasserie Tuque de Broue Brewery Inc.

« Transformer notre brasserie de lieu de production en un espace chaleureux pour accueillir des événements, faire des dégustations et offrir le meilleur service à la boutique a été notre plus grand défi. L’étincelle dans l’oeil du consommateur vient non seulement du lien tissé avec le produit d’une micro-brasserie, mais aussi avec les gens qui y travaillent et les expériences vécues sur le site même de production. »

Patrick Bourbonnais, Président, Productions PB5

« Quitter un emploi stable pour fonder son entreprise est un risque. Faire confiance en ses moyens, à son savoir-faire et à son réseau d’alliés, constitue le vrai défi. Gérer une croissance rapide de l’entreprise est le plus beau défi. Mais le plus grand défi est de faire confiance à son instinct et d’admettre qu’il détient le secret de notre destin. »

Eric Joanisse, CPC, Directeur, C.L.A. Personnel

« Notre plus grand défi a été de faire face à un marché qui était principalement concentré sur le gouvernement du Canada. Ce dernier représentait 75% de nos revenus jusqu’en 2009 et, en quelques mois, dû à des changements au niveau des approvisionnements, est passé à 25% de notre chiffre d’affaires. Nous avons dû revoir notre stratégie d’affaires, avons concentré nos efforts dans de nouveaux marchés, de nouvelles clientèles, et nous nous sommes battus contre une concurrence qui vivait les mêmes défis, dans le même marché! Ç’a n’a pas été facile, mais nous avons su trouver notre niche! »